Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Titanic : la mort de Leonardo DiCaprio a enfin une explication officielle

Actuellement en promotion de la sortie Blu-Ray de Titanic, James Cameron a profité d'une interview pour revenir sur le détail majeur qui fait débat depuis la sortie du film en 1998, le problème de la mort de Jack alias Leonardo DiCaprio.

On s'en souvient tous, à la fin du film, Jack se sacrifie en trouvant un petit radeau de fortune à Rose, alias la modeuse Kate Winslet, la sauvant ainsi de la noyade. Seulement voilà, aussi romantique que soit le geste, on s'est tous fait la même réflexion : il y avait de la place pour deux sur la planche ! Un détail qui a presque fait de la mort de Jack l'une des plus absurdes du cinéma. Seulement James Cameron se défend aujourd'hui : non il ne s'agit pas d'une mort inutile et qui tombe comme un cheveux sur la soupe, brisant l'un des couples les plus romantiques du cinéma.

Si pour nous il parait parfaitement aberrant que Jack se soit contenté de chantonner à moitié accroché à sa planche, le réalisateur explique qu'il s'agit d'une question de physique. Le problème ne viendrait en effet pas de la place mais de la flottabilité de celle-ci.

"Jack installe Rose sur le radeau, puis monte dessus - il n'est pas idiot, il n'a pas envie de mourir - et là le radeau coule. Il devient clair que le radeau ne peut résister au poids que d'une seule personne. Il prend alors la décision de laisser Rose être cette personne." Voilà ce que répond le réalisateur au cours d'une interview pour une chaîne américaine.

Une explication a priori logique et irréfutable, même si on continuera encore et toujours de se dire qu'il s'agit d'un geste purement sadique de la part de James Cameron...

À ne pas rater