Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

The Blacklist : Diego Klattenhoff (aka Donald Ressler) en interview

La nouvelle série de TF1 devrait faire bien des addicts. Car en plus d'avoir un cadre qui donne envie (le siège du FBI), "The Blacklist" a une intrigue passionnante. On a rencontré pendant le Festival de Monte-Carlo, Diego Klattenhoff, qui interprète l'agent du FBI, Donald Ressler. 

Le Festival de Monte-Carlo est l'occasion de rencontrer les plus grandes stars des séries TV. Et nous avons eu l'occasion de parler de la nouvelle série de TF1, "The Blacklist" avec Diego Klattenhoff, qui interprète Donald Ressler. Celui qui avait donné la réplique à Claire Danes dans "Homeland" revient en force avec une nouvelle série qui promet de cartonner en France. Rencontre.

Rappel du synopsis de "The Blacklist" : Le criminel le plus recherché du monde se rend mystérieusement à la police et offre ses services en dénonçant tous ceux avec qui il a collaboré sur ses crimes par le passé. Sa seule contrepartie : travailler avec une agent du FBI débutante avec qui il n'a semble-t-il aucune connexion...

Megan Boone savait depuis le début que "The Blacklist" aurait un gros succès, quelle a été votre première impression quand vous avez lu le script ?

J'avais besoin de me faire de l'argent donc... Non, je plaisante (rires) ! Pour moi, ce show avait toutes les clefs du succès dès le début. J'avais eu la même impression pour "Homeland" et je ne m'étais pas trompé. J'ai eu cette sensation qu'on allait faire quelque chose de nouveau et d'inédit, c'est très important dans une série. Le premier script de "The Blacklist" était vraiment le genre d'épisode qu'on rêvait de voir un jour et qui nous donnait ensuite envie de voir la suite. C'était très honnêtement la meilleure chose que j'avais lu depuis très longtemps.

Vous avez récemment affirmé être très enthousiaste de travailler au côté de James Spader. Qu'avez-vous appris à ses côtés ?

Énormément de choses. En tant qu'acteur, James Spader m'inspire vraiment beaucoup. Tout le monde le respecte, certaines personnes sont venues me voir pour me demander comment il était parce qu'il a aussi quelque chose de mystérieux. Il prend toujours un véritable plaisir à jouer et le voir sur un plateau tous les jours ça aide beaucoup. On peut se dire "je ne suis pas mauvais, mais je vais m'améliorer en travaillant avec lui, c'est certain". Cet homme à une aura incroyable.

"The Blacklist" a eu un rapide succès aux Etats-Unis, pourquoi pensez-vous que le public américain a été aussi enthousiate ?

C'est vrai que c'est toujours un peu la surprise quand on lance une nouvelle série, il y en a tellement... La qualité de la série et du scénario ont été les premiers éléments qui ont fait son succès et pour cela, on peut applaudir Jon Bokenkamp (ndlr : le créateur du show). Les personnages aussi ont une véritable identité, ça peut aider le spectateur à s'identifier à certains d'entre eux. Leurs relations se développent beaucoup. Et puis "The Blacklist" est une série addictive, on ne peut pas s'empêcher de se demander "que va-t-il se passer après ?".

On peut donc imaginer le même succès en France...

J'espère vraiment, je croise les doigts. C'est la première fois que je viens en France, je ne sais vraiment pas ce que le public aime ou déteste ici. Mais bon, en principe quand on regarde le premier épisode, on veut vraiment savoir ce qu'il va se passer ensuite. Il y a deux épisodes vraiment très importants dans le première saison que les gens adorent aux Etats-Unis, parce qu'ils révèlent des choses importantes. Le public devrait donc se dire la même chose ici.

Votre personnage prend de plus en plus d'importance au fil de cette saison, comment vous sentez-vous par rapport à ça ?

C'est génial, j'en suis très heureux. Au début du show on pose les bases, les règles, on présente l'intrigue. On pose vraiment les fondations de la série qui ne sont pas minimes, c'était vraiment un gros travail. On se pose des questions sur les personnages, on les développe petit à petit et finalement on peut commencer à vraiment les présenter. J'ai rapidement eu confiance pour mon rôle, je n'en connaissais que la surface au début mais j'ai pris le pari de me lancer à fond dedans. Je suis très content de voir le tournant que ça a pris. Au début le public ne se rend pas compte de l'importance de mon personnage et ce qu'il peut faire ensuite, il cache une face plus sombre. Dans la saison 2 on en verra plus et on comprendre beaucoup de choses, les sacrifices qu'il a fait dans son passé etc...

Pour vous, "The Blacklist" est plutôt une série policière ou une série d'espionnage ?

Je pense que c'est le juste milieu, la série est assez puissante psychologiquement. On a des scènes avec une forte intrigue policière et de l'action et d'autres scènes où on se demande quelles personnes jouent sur plusieurs tableaux. On a une grosse scène de bagarre dans un épisode aussi, qui était très intéressante à tourner et qui se révèle être assez étonnante. Le spectateur en vient à se demander pendant cette scène "qui est le gentil ? Qui est le méchant ? Pourquoi un tel fait ça alors que l'autre non ?" à partir de ce moment, beaucoup de choses changent.

Votre personnage va vivre des choses dramatiques, savez-vous ce qui va l'attendre dans la saison 2 ?

Non, malheureusement pas encore. J'espère l'apprendre très prochainement. C'est une bonne question parce qu'en ce moment même les scénaristes planchent sur mon personnage. Je pense que ça va changer beaucoup de choses pour lui. Cet événement va en tout cas aider à développer encore mieux mon personnage. On va pouvoir se lâcher encore plus sur le jeu du "qui est qui ?".

Propos recueillis par Aurélia Baranes.

À ne pas rater