Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

The Big Short, le casse du siècle : le voleur n'est pas celui qu'on croit

4 photos
Lancer le diaporama

"The Big Short" est l'histoire vraie de quelques individus de la finance qui ont osé parié sur une crise financière pour s'en mettre plein les poches. Quelques mois plus tard, leur pari était gagnant puisque débutait la crise des subprimes.

Wall Street, 2005. Profitant de l'aveuglement généralisé des grosses banques, des médias et du gouvernement, quatre outsiders anticipent l'explosion de la bulle financière et mettent au point... le casse du siècle ! Michael Burry (Christian Bale), Mark Baum (Steve Carrel), Jared Vennet (Ryan Gosling) et Ben Rickert (Brad Pitt) : des personnages visionnaires et hors du commun qui vont parier contre les banques ... et tenter de rafler la mise !

Le pitch du film nous le vend comme une escroquerie magistrale à la "Ocean Eleven". Mais si le grand casse dont on parle n'était pas celui de quelques insiders qui se sont enrichis en sentant venir la catastrophe avant tout le monde ? Et si la grande escroquerie venait plutôt des banques et des institutions financières qui savaient et qui ont laissé faire, histoire de se faire encore plus d'argent ? Et si le grand casse était de se faire renflouer par l'Etat et donc les contribuables après avoir tout perdu à cause d'une organisation si mauvaise et malhonnête qu'elle a mis des millions de personnes en difficulté ? Plus que l'histoire de quelques génies de la finance qui ont senti le vent tourner bien plus tôt que n'importe qui et qui ont parié sur une chute du système et un éclatement de la bulle immobilière, la fameuse crise des subprimes, ce film était un aussi un violent brûlot contre les banques et les institutions financières malhonnêtes, corrompues, mal gérées et toujours trop avides. En voyant le film, il ne peut pas y avoir de doute. D'autant plus qu'il est basé sur une histoire vraie, celles de génies qui se sont enrichis alors que le monde entier perdait tout. Parce qu'ils ont anticipé la fin de l'histoire et qu'ils sont allés à l'encontre de la logique en pariant conte un système que tout le monde pensait vertueux.

Le mouvement d'un monde qui change

Le plus édifiant, c'est l'enquête menée pat Steve Carrel et ses hommes, sur place, en Floride et à Las Vegas pour tenter de comprendre que ce qu'ils ont sous les yeux est bel et bien réel ; que le système est au bord du gouffre et qu'il suffirait d'un rien pour qu'il ne s'écroule. Ce qu'ils découvrent est tellement énorme qu'il leur faut un temps fou uniquement pour seulement pouvoir en accepter l'idée et que l'affaire amenée par Jared Vennet (Ryan Gosling), un agent de banque parfaitement au courant des magouilles qui se déroulent sous ses yeux sur son lieu de travail est une mine d'or. Le choc est tel que le personnage de Steve Carrel, s'il devient multimillionnaire avec cette affaire, change du tout ou tout réalisant l'inhumanité d'un système pour qui les hommes et les femmes ne sont que des chiffres que l'on peut convertir en dollars. Voilà, l'escroquerie est là, celle qui a mis sur la paille des millions de personnes, qui a causé la déroute en Islande ou en Grèce...

Alors oui, c'est parfois complexe pour celui que ne maitrise pas tous les codes d'un monde particulier, celui de la finance, c'est parfois imbittable pour qui n'est pas au fait des arcanes économiques. Mais pour expliquer la situation de la manière la plus simple et la plus légère possible, le réalisateur, Adam McKay, a pris le parti de le faire via des grandes stars et des situations du quotidien. Cela permet au spectateur de comprendre l'iniquité de la chose, ce qui rend la situation qui se déroule sous nos yeux encore plus glaçante. D'autant que la conclusion de cette histoire est que rien n'a changé. "The Big Short" est un film édifiant qui sonne comme un avertissement et une mise en garde. Espérons qu'on le comprenne avant qu'il ne soit (de nouveau) trop tard...

Grégory Curot

À ne pas rater