Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Tele Gaucho : Felix Moati repond a nos questions

Cheveux bouclés, yeux pétillants, sourire charmeur, Félix Moati en plus d'être un acteur talentueux a une faculté sociale : il nous traite en ami. Le 12 décembre, c'est à l'affiche de "Télé Gaucho" de Michel Leclerc qu'on le retrouve, une comédie hilarante et folklorique, à l'image du premier succès du réalisateur : "Le nom des gens". Et pour ce petit bijou, Leclerc s'est offert un casting en or : Sara Forestier, Eric Elmosnino, Maïwenn, Emmanuelle Béart et bien sûr pour le premier rôle... Félix. Le jeune homme qui faisait hurler les filles en 2008 dans "LOL" (on exagère à peine) a d'ailleurs fait ses preuves dans "Télé Gaucho" : il est pré-selectionné pour le Meilleur Espoir Masculin aux César 2013.

Le pitch : Tout a commencé lorsque les caméscopes ont remplacé les caméras. Faire de la télé devenait alors à la portée de tous. Jean-Lou, Yasmina, Victor, Clara, Adonis et les autres ne voulaient pas seulement créer leur propre chaîne de télé, ils voulaient surtout faire la révolution. Ainsi naquit Télé Gaucho, aussi anarchiste et provocatrice que les grandes chaînes étaient jugées conformistes et réactionnaires. Cinq années de grands foutoirs, de manifs musclées en émetteur pirate, de soirées de beuveries en amours contrariées... et ce fut ma parenthèse enchantée.

Rencontre avec Félix Moati, à l'affiche du film coup de coeur de Puretrend cette semaine :

Comment Michel Leclerc t'as présenté le projet "Télé Gaucho" ?
On s'est rencontrés en 2009, donc avant le tournage du film "Le Nom des Gens". Et pendant deux heures on a fait que parler d'engagements politiques et d'amour. Il me parlait du personnage de Baya (ndlr : dans "Le nom des gens"), moi je commençais tout juste à tomber amoureux... donc on peut dire que ça a été une longue conversation ! Et au milieu de tout ça, pendant 10 minutes il a commencé à parler de ce projet. Il m'a raconté ce qu'était Télé Gaucho, nos engagements politiques. Plus tard, il m'a fait passer un casting, m'a fait lire le scénario, tout s'est fait en plusieurs étapes. Et finalement, il m'a confirmé m'avoir choisi.

Quelles caractéristiques te rapprochent le plus de Victor, ton personnage ?
Le désir de grandir, le désir de me cogner un peu au réel, le désir de passer à l'âge adulte peut être. Et surtout l'idée que l'amour fait grandir. Ça c'est vraiment une caractéristique essentielle de Victor.

Ton meilleur souvenir pendant le tournage ?
Il y en a tellement ! Quand on voit le film, on comprend que ça partait parfois dans tous les sens, on a tous adoré les moments passés ensemble. Si je devais en choisir une je dirais... la scène de comédie musicale avec Sara. Une scène d'amour où on chantait en même temps, j'ai adoré ça !

Et c'est vous qui chantez ?
Non ! Si je chante euh... c'est très mauvais ! Très très mauvais !

Alors, dis moi tout... ça fait quoi d'avoir une scène d'amour avec Sara Forestier ?
Ça gargarise ! Après tu te sens homme. Moi j'étais intimidé à la base parce que c'était Sara mais finalement tout s'est très bien passé. C'est une très bonne actrice, elle te donne tout et toi, tu as juste à te rendre disponible et après ça roule tout seul.

Et justement, partager l'affiche avec Maïwenn, Elmosnino et Béart ça t'a intimidé ?
Au début vraiment je me posais une seule question : "Mais qu'est-ce que je fous là ?". Je me disais "c'est pas possible, il y a une escroquerie, il voulait prendre quelqu'un d'autre, il s'est trompé..." Et puis au final, c'est des gens tellement élégants, ils t'accueillent tout de suite, il te portent et surtout ils te rendent meilleur chaque jour.

Dans le film, Victor a une chronique : "ces objets qui vous emmerdent"... Quels sont les tiens ?
Alala avec moi il y en a tellement ! Je suis constamment ennuyé par les objets ! Je suis un handicapé total avec les objets, je ne sais juste pas comment on fait avec les objets. Je me méfie surtout des nouvelles technologies. Mon ipod n'a jamais fonctionné comme il faut, pareil pour mon téléphone, mon ordi non plus... La nouvelle technologie et moi, ça ne fonctionne pas.

Il y a aussi une autre chronique très sympa : "Avant, moi je croyais". Racconte-nous, avant tu croyais quoi ?
Avant moi je croyais que les filles n'allaient pas aux toilettes. Je sais que c'est bête mais j'en étais vraiment persuadé. Et avant je croyais aussi qu'il y avait du lait dans les seins des femmes... mais genre tout le temps, constamment !

Pour "Le nom des gens", Sara Forestier a gagné le César de la meilleure actrice, toi tu es déjà pré-sélectionné pour le crû 2013... Est-ce que Michel Leclerc est un réalisateur porte-bonheur ?
Oui on peut dire qu'il porte bonheur. Enfin, il dirige tellement bien ses acteurs, ses films valorisent tellement bien ses personnages, leur humanité.. que beaucoup d'autres sous son aile auraient pu être selectionnés comme moi.

Tu as réagi comment d'ailleurs en apprenant que tu étais dans la liste des pré-séléctionnés ?
J'ai fait trois fois le tour de mon appartement en hurlant ! J'étais très heureux, j'ai une chance incroyable.

La grande question de Victor dans "Télé Gaucho" est : comment fait-on un film. As-tu eu la réponse et penses-tu un jour en faire un aussi ?
J'aimerais bien mais... comme le disait Clouzot il faut avoir "une bonne histoire, une bonne histoire et une bonne histoire". Donc voila, je cherche la bonne histoire, trois fois ! Victor comprend que pour faire un film il faut commencer à se cogner à la fabrication en elle-même, arrêter d'être dans la théorie. Il faut se cogner à la réalité, prendre une caméra, imaginer des situations...

Si tu réalises un film un jour, quel sera le casting de tes rêves ?
Vincent Lacoste, c'est mon meilleur ami donc forcément... Aussi Hiam Abbass et Anaïs Demoustier pour jouer la copine de Vincent.

Tu peux me parler de tes futurs projets ?
Oui, je vais jouer dans le film "Hippocrate" de Thomas Lilti qui a co-écrit "Télé Gaucho". On commence en février. Je vais aussi jouer dans un film de Gérard Hustache-Mathieu qui a réalisé "Poupoupidou" et dans "Dragon Vert", un film sur le rock métal.

La question "soyons franc" : est-ce que depuis "LOL" ta relation avec les nanas a changé ?
(Rires) bonne question ! Ca n'a pas tant changé... Les filles qui venaient me voir étaient souvent très jeunes, c'est plus mignon qu'autre chose. Et puis, je suis amoureux déjà, donc je ne vois pas ce genre de détails !

Si tu devais résumer ta vie en ce moment avec le titre d'un film ?
"La nuit nous appartient".

Victor est un grand passionné de Truffaut... et toi ?
J'adore Truffaut. Au début j'étais comme Victor, je ne connaissais aucun film de Truffaut mais je trouvais ça classe d'en parler. Donc pour draguer c'est toujours bien mais regarder c'est mieux. Je suis un fanatique de "La peau douce", j'adore ce film.

Justement, donne moi ton top 5 de films favoris
"Two Lovers" de James Gray, "La règle du jeu" de Jean Renoir, "La peau douce" de Truffaut, "Apocalypse Now" de Francis Ford Coppola et "L'armée des Ombres" de Jean-Pierre Melville.

La dernière chanson que tu as écoutée avant notre rendez-vous pour l'interview ?
"Living Hell" de Morcheeba.


Un conseil donc : foncez voir "Télé Gaucho" dès demain au cinéma. On vous le promet, nous ne le regretterez pas.

Propos recueillis par Aurélia Baranes

Merci à l'équipe de Way to Blue et UGC Distribution.

À ne pas rater