Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Sport : Pas motivé ? C'est la faute... de votre cerveau !

La motivation ? C'est dans la tête !
La motivation ? C'est dans la tête !

Parmi la longue liste des bonnes résolutions des Français pour cette année 2013, faire du sport apparaît en tête. Alors que certains cherchent déjà l'activité idéale, hésitant entre l'aqua zumba, le water bike ou encore le pilates, d'autres sont déjà découragés à l'idée d'enfiler un jogging. Flemmard ? Peut-être, mais pas seulement, à croire une étude de l'Inserm et du CNRS mettant en lumière l'impact d'une protéine du cerveau sur la motivation.

2013 sera l'année du sport ou ne sera pas. Ainsi, un sondage Ipsos publié le 31 décembre indique que se dépenser fait partie des bonnes résolutions des Français. Mais on sait ce que c'est, une fois le Nouvel An passé, la motivation commence à faiblir et le constat est implacable alors que février est encore loin : le sport, on ne peut pas. Il y a le manque de temps bien sûr, pour caler ses séances d'aquagym entre deux rendez-vous, mais aussi la détermination. Des chercheurs français viennent éclairer les moins motivés d'entre nous. Peut-être que la paresse n'est pas la seule cause de cet abandon chronique.

Ainsi, l'étude du CNRS et de l'Inserm, dont les résultats ont été publiés dans la revue Biological Psychiatry, met en lumière le rôle d'une protéine du cerveau. Ce récepteur baptisé CB1 jouerait un rôle dans l'adhésion à l'exercice physique. "L'incapacité à ressentir du plaisir lors de l'activité physique, souvent citée comme une cause de non-adhésion partielle ou totale à un programme d'exercices physiques, indique que la biologie du système nerveux est bel et bien en jeu". Autrement dit, le découragement face à un effort d'ordre physique aurait des causes biologiques. Par conséquent, nous ne serions pas tous égaux, d'autres étant naturellement plus enclins à faire du sport que d'autres. De quoi peut-être déculpabiliser certains. Ce qui ne veut pas non plus dire qu'il faille se laisser aller à la fainéantise non plus...

À ne pas rater