Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Sophia Loren et la prison : "l'expérience la plus traumatisante que j'ai vécu"

Les stars et les impôts, c'est une histoire qui ne date pas d'hier. Si certaines font beaucoup de bruit, comme par exemple Gérard Depardieu, d'autres sont tombées dans l'oubli. Mais le site du DailyMail dévoile des extraits de l'autobiographie de Sophia Loren dans laquelle l'actrice revient sur ses ennuis avec le fisc italien, et notamment sur son expérience de la prison.

Certains ne le savent peut-être pas, mais Sophia Loren, cette icône glamour du cinéma, est passée par la case prison dans sa vie. Un souvenir qui la hante encore toujours puisqu'elle confie dans son autobiographe que "l'expérience la plus traumatisante que j'ai vécu est mon séjour en prison". A cette époque, la "bellissima" est reconnue coupable d'évasion fiscale par le fisc en Italie. "Évidemment, j'ai fait appel, mais en 1980 j'ai été condamnée à 30 jours de prison", précise-t-elle.

La mythique interprète de "La Paysanne aux pieds nus" a "dû faire le choix difficile entre la prison ou ne jamais pouvoir revenir dans mon pays d'origine. A l'époque, je vivais à Paris mais je me sentais passionnément Italienne."

"Rien n'est plus humiliant que la privation de liberté"

Lorsqu'elle s'est rendue aux autorités italiennes pour exécuter sa peine, "mes fils avaient 14 et 9 ans quand j'ai dû faire mes valises" explique-t-elle. "Quand ils m'ont dit au revoir, j'ai essayé de mémoriser leurs expressions." Des années après, l'actrice n'a rien oublié de cette traumatisante expérience et se souvient qu'"à [son] atterrissage à Rome, une voiture de police m'a escorté à la prison de Caserta, où les prisonnières étaient surveillées par des nonnes. J'étais la prisonnière numéro 24. Malgré la présence affectueuse de ma soeur Maria - qui a passé chaque nuit sous ma fenêtre pour me tenir compagnie - j'ai terriblement souffert de l'isolement. Rien n'est plus humiliant que la privation de liberté".

"Je ressens toujours ce sentiment de peur et de vulnérabilité"

Si cet épisode est loin derrière elle, le souvenir qu'elle en a est toujours bien présent. Elle confie que pour essayer "de tenir le coup", elle lisait et a écrit un carnet intime. "J'ai toujours ce carnet rouge rempli", explique-t-elle, avant d'ajouter : "Il contient des angoisses profondes, une émotion qui m'était étrangère. En le relisant 30 ans plus tard, je ressens toujours ce sentiment de peur et de vulnérabilité que rien ne peut effacer."

"Hier, aujourd'hui et demain" de Sophia Loren, aux éditions Flammarion. Actuellement disponible dans les librairies.

À ne pas rater