Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Rihanna en guerre contre Topshop

Alors que Rihanna vient de dévoiler quelques bribes de sa seconde collection pour River Island, la barbadienne ne semble pas en bon terme avec une autre enseigne britannique : Topshop. L'objet du litige ? La commercialisation de t-shirts Topshop à effigie de la chanteuse mais sans l'accord de l'intéressée.

L'enseigne de prêt-à-porter anglaise sait rendre accro toutes les fashionistas. La mode y est accessible, les vêtements pile dans la tendance et les collections-collaborations avec des célébrités comme Kate Moss et tout récemment Kate Bosworth, sont systématiquement des succès. Problème en ce moment car Topshop déclenche la colère d'une personne : Rihanna. La griffe a en effet commercialisé des t-shirts à l'effigie de la chanteuse, mais sans son consentement. Le site de The New York Post nous apprend que le management de Rihanna aurait tenté, à plusieurs reprises, de trouver un accord avec Topshop, mais qu'ils se sont tous soldés par un échec, et que Topshop aurait répondu : "On fait ce qu'on veut". Une source déclare que l'enseigne de mode achète un portrait de l'artiste mais qu'elle ne paierait pas de droits de licence pour exploiter cette photo. Et malheureusement pour la chanteuse, "la loi anglaise ne protège pas l'artiste" dixit une source. L'ex de Chris Brown est néanmoins bien décidée à avoir le dernier mot de cette histoire et attaquerait en justice la marque en lui réclamant 5 millions d'euros pour "utilisation frauduleuse de son image".

Toujours sur le site de The New York Post, la source indique que la stars aurait "déjà dépensé près d'un million de dollars dans le litige. Elle dit que c'est pour le principe, et elle veut en faire un exemple. Ils profitent des artistes. C'est de l'exploitation".

Affaire à suivre...

J.D
À ne pas rater