Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Raymond Depardon au Grand Palais : un photographe de la couleur

Si vous pensiez tout connaître des œuvres de Raymond Depardon, rendez-vous au Grand Palais avec l'exposition "Raymond Depardon, un moment si doux", pour découvrir des clichés inédits, pour la plupart, jamais exposés au public

On ne présente plus Raymond Depardon, ce photographe, et réalisateur français, qui a travaillé pour de grandes agences photo comme Dalmas et Magnum, et qui a aussi co-fondé Gamma. "Raymond Depardon, un moment si doux" rassemble près de 160 photos... en couleur et pour la plupart, inédites. Car même si le noir et blanc a sa place dans son travail, la couleur sera sa préférence. Il le dit lui même : "Je ne savais pas que j'étais un photographe de la couleur. Elle était pourtant là. Dès les premières images".

Ce fils d'agriculteur monte à Paris pour débuter sa carrière de photographe à 16 ans. Il devient l'assistant du grand reporter Louis Foucherand. Deux ans après, il rentre à l'agence Dalmas. Assez polyvalent, il photographie les stars comme notamment Edith Piaf, les faits-divers, les Jeux Olympiques, mais surtout, il multiplie les reportages à l'étranger. En 1969, il part en Tchécoslovaquie, un an seulement après après la répression soviétique du Printemps de Prague, et réalise son premier court-métrage documentaire. Il part ensuite au Tchad, Chili, Beyrouth, Glasgow... "A Beyrouth, je choisis de photographier non pas la guerre civile, mais ses conséquences et tout ce qui se passe en marge des conflits. Je photographie une voiture criblée de balles, plutôt qu'un soldat courant dans une rue sous les tirs. Ce séjour de plus d'un mois au Liban m'a paru long et douloureux. C'était l'été 78. J'ai connu la peur."

"Raymond Depardon, un moment si doux" est dédié à la couleur, ultra-présente dans le travail du photographe, un peu comme le travail de Joel Meyerowitz qui avait fait l'objet d'une exposition à la MEP. Pourquoi "un moment si doux" ? Raymond Depardon explique qu'"Un jour, j'ai inscrit, sur une boîte de photographies, un mot... ce que, dans les agences, notamment à Magnum, on appelle un mot-clé. Ici, le mot-clé était "un moment si doux". Ces images n'étaient pas liées à un thème mais il s'agissait de photos plus libres que j'avais faites au cours de voyages que ce soit à l'occasion de repérages pour des expositions de la Fondation Cartier ou pour moi-même. Des photographies en couleurs, assez douces, distanciées, avec une certaine retenue."

En 1991, Raymond Depardon reçoit le Grand prix national de la photographie, en 2008 le Prix Louis Delluc pour son documentaire "Profils paysans, la vie moderne" et en 2010, il est élu "Personnalité culturelle de l'année". Sans oublier, qu'en 2012, il réalise le portrait officiel du président François Hollande.

"Raymond Depardon, un moment si doux", jusqu'au 10 février au Grand Palais à Paris.

J.D

À ne pas rater