Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Pussy Riot vs Gérard Depardieu : ''qu'il aille dans un camp''

Hier soir, les deux dernières membres de Pussy Riot fraichement libérées étaient sur le plateau du "Grand Journal", une interview pré-enregistrée mais non moins forte. Après être revenue sur l'état de la Russie, elles ont également réglé leurs comptes avec Gérard Depardieu.

Libérées le 23 décembre dernier, les deux dernières membres du groupe punk Pussy Riot Maria Alekhina et Nadejda Tolokonnikova étaient les invitées d'Antoine de Caunes sur le plateau du "Grand Journal" hier soir. Désormais activistes et plus punk rockeuses, les deux jeunes femmes ont répondu au cours de cette interview pré-enregistrée aux récentes attaques de Gérard Depardieu.

Pour bien comprendre l'affaire, il convient de revenir un peu en arrière, début janvier. Au cours d'une interview pour Russie 24, l'acteur français désormais citoyen russe encense Vladimir Poutine avant de tacler les français en caméras cachée. Expliquant que les français aiment critiquer, dans ce cas au sujet de l'arrestation et l'emprisonnement des Pussy Riots, il déclare "Imaginez des Pussy Riots qui viennent dans une mosquée... on les voit jamais, elles sont brûlées vives."

Faisant preuve de sang froid, Nadejda Tolokonnikova a invité l'acteur, et désormais son compatriote, à "ouvrir les yeux et visiter IK2 ou IK4, en Mordavie. Comme il nous a conseillé d'aller dans une mosquée, qu'il aille dans un camp." La jeune activiste tient tout de même à souligner qu'elle ne porte pas de jugement sur Depardieu l'acteur mais sur ses prises de positions politiques.

La parenthèse close, du moins pour le moment, Maria Alekhina et Nadejda Tolokonnikova sont bien sur revenus sur le pouvoir de Vladimir Poutine, l'état du pays mais aussi les conditions d'emprisonnement.

Arrêtées en 2012 suite à une prière anti-Poutine dans une cathédrale moscovite, les deux jeunes femmes ont été condamnées à un peu plus de deux ans de camp pour "hooliganisme" et "incitation à la haine religieuse". Des emprisonnements qui ont fait beaucoup de bruit à l'international et de nombreuses stars ont assuré les jeunes femmes de leur soutient, notamment Madonna. Autre fois groupe, les Pussy Riot ne sont désormais plus que deux mais sont bien décidées à continuer à défendre leurs idées.

À ne pas rater