Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Primark devient Cruelty Free : la CEO du label parle d'un engagement crucial

.

Alors qu'on pensait que la loi européenne imposait aux marques des formules garanties 100% Cruelty Free, on s’est aperçu que tout était loin d’être aussi "clean" que promis. En fait, la seule manière d’être sûr de ne pas participer à la souffrance animale quand on achète un produit cosmétique, c’est de vérifier qu’il possède bien le label Leaping Bunny, qui vient tout juste d’être accordé à Primark Beauté. A cette occasion, on a rencontré la spécialiste Michelle Thew qui nous a expliqué pourquoi c’est si important.

Si on aime un tant soit peu les animaux, difficile de ne pas s'intéresser au sujet. Alors quand on a appris que Primark devenait Cruelty Free, on s'est direct envolé pour Madrid où nous attendait Michelle Thew, la CEO du label Leaping Bunny qui se bat depuis 1996 contre la souffrance animale. Mais alors, ce petit lapin bondissant, il veut dire quoi exactement ?

"C'est un programme global que les marques obtiennent si elles démontrent qu'aucun de leur produit et des ingrédients qu'ils comportent ne sont testés sur les animaux".

Et quand elle dit aucun, c'est AUCUN. Car contrairement aux idées reçues, la législation européenne n'affiche pas une tolérance zéro, malgré des progrès manifestes. Oui, il est interdit de tester ce type de produits sur les animaux, mais certaines dérogations peuvent néanmoins être accordées si de nouvelles substances chimiques -encore jamais utilisées auparavant - font partie de l'équation.

"Les marques qui s'engagent auprès de nous garantissent qu'elles ne feront plus aucun test sur les animaux, et ce quel qu'en soit le motif et nul par ailleurs dans le monde".

Une dernière précision qui a son importance, puisque certains pays aux marchés particulièrement porteurs comme la Chine imposent des tests systématiques sur les animaux. Quand un géant comme Primark décide d'adopter le label Leaping Bunny, il s'engage donc à faire une croix définitive sur des millions de clients potentiels.

"Qu'une enseigne comme Primark s'engage de cette manière, c'est déterminant pour nous. Elle propose tellement de produits et à des prix si accessibles qu' il n'est plus possible de dire que c'est problématique de passer Cruelty Free. Désormais, ce n'est plus un sujet niche, ça concerne tout le monde, même les marques de luxe. Voilà pourquoi c'est si important".

Parce qu'aujourd'hui d'autres alternatives existent pour s'assurer qu'un produit cosmétique n'est pas dangereux pour notre santé, on trouve qu'il serait normal que toutes les marques commencent sérieusement à repenser leur modèle. Si on écoute Michelle, c'est d'ailleurs à nous, consommateurs, de faire entendre notre voix pour les pousser dans ce sens.

"De plus en plus de gens affirment qu'ils n'hésiteraient pas à changer leurs habitudes pour se diriger vers une marque Cruelty Free s'ils ont le choix en rayon. Je pense que les consommateurs font aussi changer les choses en incitant leur gouvernement et les enseignes cosmétiques à légiférer en ce sens et à embrasser cet état d'esprit".

Vous l'aurez compris, le seul moyen de s'assurer qu'on ne participe pas à la souffrance animale, c'est donc de repérer l'un de ces deux logos sur l'emballage ou le produit en lui-même. Il n'y en n'a pas beaucoup, certes, mais ça va venir. On y croit !

.

Audrey Salles-Cook

À ne pas rater