Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Pourquoi le lancement de Glossier en France est un événement

.

Événement dans la sphère mode de l'Hexagone : la marque américaine Glossier débarque sur le territoire français. Une nouvelle qui a fait bondir toutes les beautistas. Mais pourquoi un tel engouement autour de ces produits ? Décryptage d'une marque qui a su séduire les millenials. 

Une marque connectée

Glossier sait s'adresser directement au public qu'elle vise : des millenials hyper connectés accro au réseau sociaux. Sur Instagram ou Twitter, la marque interagit avec ses consommateurs en répondant avec humour, en partageant des astuces et en repostant des contenus de particuliers. En utilisant ces nouveaux moyens de communication, Glossier a créé une véritable communauté autour de ses produits. De quoi donner envie à toutes les beautistas de France d'en faire partie !

Une marque inclusive

La marque a aussi su se démarquer en faisant la part belle à la diversité dès le début, que ce soit dans ses campagnes et dans ses produits. En célébrant toutes les couleurs de peau (dont les plus foncées) et toutes les morphologies, Glossier est une marque dans l'air du temps. De quoi séduire toute une clientèle trop souvent laissé pour compte par une industrie de la beauté restée pendant trop longtemps en retard.

Une marque instagrammable

Avec un packaging simple et épuré, Glossier a aussi su créer des produits que l'on veut exhiber, montrer... et photographier ! Résultat, le #glossier est clairement un que l'on veut avoir sur notre feed. Rien que la petite pochette rose version papier à bulles est devenue un objet de désir. RIP notre compte en banque, l'arrivée en France de Glossier signe un coup dur pour notre compte bancaire.

Clément Laré

À ne pas rater