Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Plus Belle La Vie et l'apologie de la drogue : la production s'en défend

Quand un épisode de Plus Belle La Vie prend des airs de tuto "cannabis mode d'emploi", la polémique éclate. Aujourd'hui, la production de la série répond aux accusations : Non, PBLV ne fait pas l'apologie de la drogue.

Plus Belle La Vie est célèbre pour ces actrices comme Laetitia Milot, ou la future maman Anne Décis, pour ses invités surprises mais également pour aborder des sujets du quotidien sans tabou. Mais lorsqu'un des épisodes de cette série très populaire prend des airs de tutoriel sur le cannabis, le public est choqué. L'épisode diffusé lundi dernier, 3 mars 2014, n'a laissé personne indifférent. On y a vu deux des personnages centraux de la série, Thomas et Mirta, assis autour d'une table, en train de converser avec une précision un peu dérangeant au sujet du cannabis.

Le champ lexical de la fumette n'a manifestement aucun secret pour les scénaristes et dialoguistes de Plus Belle La Vie. Ils n'ont pas hésité à mettre dans la bouche de leurs habituellement si sages personnages des mots tels que "beuh", "weed" ou "bédo". Ces détails ont-ils vraiment leur place dans une série suivie par des millions de téléspectateurs de tous âges ? C'est bien ce que se demandent les fans de la série qui n'ont pas tardé à faire part de le mécontentement.

Devant la polémique engendrée par cet épisode, Hubert Bresson, directeur de la société de production de Plus Belle La Vie a apporté une explication et s'est surtout défendu de faire l'apologie de la drogue dans sa série : "Il faut appeler un chat un chat. On ne donne pas un cours sur la drogue. On parle d'une réalité qui, d'après les études, touche une très grande majorité de jeunes. C'est bien d'en parler, c'est une mission de service public".

Pour Hubert Bresson, les téléspectateurs sont surtout un peu trop impatients et ne sont pas en mesure de donner un avis constructif sur cet épisode tant qu'ils n'ont pas vu les épisodes suivants : "Nous ne sommes pas irresponsables, on y a réfléchi et on en a parlé en amont. Je ne vais pas vous raconter la suite, mais attendez la fin de la semaine et vous aurez tous les éléments". Alors, Plus Belle La Vie avec ou sans fumette ?

À ne pas rater