Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Paul McCartney : ''Yoko Ono n'a pas fait rompre les Beatles''

Plus de quarante ans après leur séparation, Paul McCartney revient sur la fin des Beatles. Et contrairement à ce qu'on a pu croire pendant tant d'années, Yoko Ono, veuve de John Lennon n'y est pour rien, ou presque. C'est le chanteur qui l'affirme lui-même au cours d'une interview accordée à David Frost qui sera diffusée le 9 novembre 2012 sur la chaîne Al Jazeera English.

Si Paul McCartney a toujours été du genre discret, il se prête aujourd'hui au jeu des questions réponses avec David Frost au cours d'une interview de plus d'une heure, diffusée à la télévision le mois prochain. Il revient sur l'époque mythiques des Beatles et surtout leur séparation. Si les fans du groupe anglais ont toujours pointé du doigt l'épouse de John Lennon, Yoko Ono, il semblerait qu'elle ne soit pas la cause de la rupture des quatre anglais.

"Elle n'a absolument pas fait rompre le groupe, le groupe allait rompre"confie-t-il à David Frost. Et s'il avoue qu'il n'était pas toujours facile de la voir dans les parages, il reconnaît tout de même son influence sur la musique de Lennon et surtout sur la naissance du morceau "Imagine" : "Je ne pense pas qu'il aurait fait ça sans Yoko, alors je ne pense pas que l'on puisse la blâmer pour quoi que ce soit". "Quand elle est arrivée, une partie de son attrait était son côté avant-gardiste, c'est ça qui l'a attiré. Alors je pense qu'il était temps pour John de partir, il allait certainement partir, d'une manière ou d'une autre" poursuit-il au cours de l'interview.

Qui est donc à l'origine de la séparation des Beatles ? S'il ne le désigne pas comme tel à proprement parler, Paul McCartney semble considérer leur dernier manager, Allen Klein qu'il déteste à l'époque, comme à l'origine de la fin des Beatles. "Je me suis retrouvé à me disputer avec les trois gars qui avaient été les amis de toute une vie. J'ai dit que je voulais combattre Klein."

Mais à plus de 70 ans, le chanteur est loin d'être amer. "Nous avons laissé un travail pur alors la rupture n'était pas une si mauvaise chose" reconnaît-il. Et effectivement, l'artiste est loin d'être retombé dans l'oubli à la fin des Beatles, avec une carrière solo toujours au top.

À ne pas rater