Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Patrick Timsit, Gad Elmaleh, Jared Leto : les meilleurs travestis du cinéma

"Pédale Douce", "Chouchou" ou encore "Dallas Buyers Club", le cinéma ne manque pas de films avec des héros travestis. Du plus comique au plus dramatique, voilà déjà plusieurs dizaines d'années que certains acteurs osent la jupe tandis que les actrices portent le costume. Retour sur les meilleurs travestis du 7ème art. 

Le cinéma français (Patrick Timsit pour "Pédale Douce", Gad Elmaleh avec "Chouchou") tout comme le cinéma américain (Jared Leto pour "Dallas Buyers Club") aborde de plus en plus souvent le sujet du travestissement. Que ce soit au travers de personnages complètement délurés ou beaucoup plus renfermés sur eux-même, nombreux sont les acteurs à avoir accepté le défi, endossant alors les habits de l'autre sexe.

Parmi les plus cultes, on pense à Tim Curry dans "The Rocky Horror Picture Show" ou encore à Dustin Hoffman dans "Tootsie". Des films qui auront marqué l'histoire du cinéma, prouvant que les travestis s'imposent dans le 7ème art depuis déjà plusieurs années. Un spécialiste de l'homosexualité au cinéma, Didier Roth-Bettoni s'est d'ailleurs penché sur l'histoire des travestis côté grand écran : "On trouve beaucoup de travestis dès le début de l'histoire du cinéma. Comme, pendant très longtemps, personne ne pouvait ouvertement représenter l'homosexualité, on introduisait une interrogation sur la sexualité par le biais de l'accoutrement."

Plus récemment, Guillaume Gallienne s'est montré encore plus audacieux en jouant sa propre mère dans l'excellent "Les garçons et Guillaume, à table !" tandis que Jared Leto collectionne les awards pour "Dallas Buyers Club". On n'oublie pas non plus le troublant "Laurence Anyways" de Xavier Dolan ni "Breakfast on Pluto" avec Cillian Murphy.

Et du côté des femmes ? Le travestissement est plus rare et bien souvent, le message passé est différent. La preuve avec Glenn Close dans "Albert Nobbs" qui se fait passer pour un homme pour avoir du travail. Le spécialiste Didier Roth-Bottini explique : "Les codes sociaux ne sont pas les mêmes. Pour un homme, se déguiser en femme, c'est un argument traditionnel de comédie. Il ne saura pas marcher avec des talons, il sera forcément ridicule, diminué. Il y a une sorte de décalage, un aspect masculin qui persiste. Pour les femmes, en revanche, de Sylvia Scarlett à Albert Nobbs, il s'agit très souvent d'acquérir une place dans la société, une reconnaissance à laquelle elles n'ont pas droit. C'est une tendance que l'on retrouve même dans les westerns : Joan Crawford, Barbara Stanwyck, toutes doivent revêtir le costume masculin pour s'imposer."

Du papier glacé au cinéma, la question du transgenre n'a pas fini de passionner... La preuve en images !

A.B

À ne pas rater