Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Pamela Anderson : méconnaissable et émouvante dans le court métrage Connecté

Pamela Anderson dans "Connected", un court métrage de Luke Gilford.

A 48 ans, Pamela Anderson est bien décidée à ajouter des projets sérieux et ambitieux à sa filmographie. Dans "Connected", un court métrage qui questionne notre rapport au temps qui passe et les travers d'une société toujours plus connectée, elle se mue en héroïne en quête de réponses et de renouveau.

Quand on évoque Pamela Anderson, c'est le plus souvent pour se remémorer son passé de sauveteuse dans "Alerte à Malibu", ses photos olé olé ou son engagement auprès de la PETA pour la défense de la cause animale.

Il est plus rare qu'on évoque ses projets à l'écran. Et pourtant, c'est bien le sujet d'aujourd'hui. A 48 ans, l'ancienne playmate souhaite s'ouvrir à des scénarios plus sérieux. Et le prouve avec "Connected", un court métrage de dix minutes réalisé par Luke Gilford.

Dans un premier temps, c'est l'affiche du film qui a fait parler. On y voit Pamela Anderson allongée sur une table, en sous-vêtements. Mais on aurait tort de s'arrêter à ce cliché dénudé, car le fond du projet pique la curiosité.

Pamela Anderson en quadra en crise

Dans "Connected", Pamela Anderson joue Jackie, une prof de fitness au bout du rouleau. En pleine crise de la quarantaine, on la voit s'ausculter devant le miroir, mirant ses rides ou son fessier.

Malgré sa silhouette tonique, la quadra ne semble pas se satisfaire des effets du temps sur son physique. Un passage qui rappelle combien l'estime de soi est lié au reflet du miroir.

Surtout, Luke Gilford s'intéresse à nos sociétés hyper connectées où les réseaux sociaux sont devenus une nouvelle nomenclature conditionnant la popularité de chacun. Pour preuve, le coup de fil que reçoit Jackie l'alarmant sur ces followers qu'elle aurait perdu en quelques jours...

"Connected" souligne aussi un paradoxe : dans une société où les moyens de communication abondent et où les réseaux sociaux pullulent, la solitude est toujours aussi présente, voire encore plus palpable.

Pamela Anderson donne son cours de biking en ligne, seule dans sa salle de sport. C'est seule aussi qu'elle rentre, boit son smoothie et passe sa soirée. Et quand elle tente de joindre son fils, celui-ci ne répond pas.

Un futur 100% bio, 100% connecté

Isolée, déconnectée, elle exprime à Luna (Dree Hemingway) ce sentiment de vide. Laquelle lui conseille une retraite mi-bien-être, mi-spirituelle qui frôle la secte. "Obsédée par des podcasts de développement personnel (narrés par Jane Fonda), elle est vite entraînée dans une retraite avant-gardiste mais énigmatique qui promet d'améliorer son esprit, son corps et son âme", explique le réalisateur sur Instagram.

"Jackie va tout abandonner pour se sentir 'connectée' - à elle-même, au futur et à un dangereux sens de la perfection." Dès lors équipée d'une technologie lui ouvrant la porte d'un réseau organique, elle devient un être humain plus connecté que jamais, qui échange ses données avec les autres tel deux appareils en Wi-Fi.

Une évolution qui a de quoi faire peur. Avec "Connected", Luke Gilford pousse la quête de soi à l'extrême et offre un futur inquiétant et pas si caricatural que cela. Reste à savoir si on en veut ou pas.

On notera la performance de Pamela Anderson qui, sans maquillage et sur la brèche, livre une partition sensible et émouvante qui nous ferait presque oublier ses footings en maillot rouge à Malibu...

À ne pas rater