Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

OSS 117 : les répliques les plus drôles des 2 films cultes

"OSS 117" fait officiellement parti des films français les plus drôles de ces dernières années. Merci Jean Dujardin et Michel Hazanavicius. Et évidemment, c'est grâce aux répliques de ces deux longs-métrages (désormais cultes) que ces longs-métrages sont autant adoré du public. 

Jean Dujardin et Michel Hazanavicius ne forment pas seulement le duo gagnant de "The Artist". Non, avant ça il y avait la saga OSS 117, un registre complètement différent certes, mais un succès plutôt semblable. Et si ces deux longs-métrages sont cultes pour donner rendez-vous à quelques actrices piquantes, c'est surtout les répliques qu'on aura retenu. Voici les meilleures d'entre elles.

Hubert : Comment est votre blanquette ?
Le barman : Ma blanquette est bonne...

Hubert : Pour célébrer notre amitié, je... Je vais te donner quelque chose. [Il lui donne une carte postale avec René Coty dessus] Regarde, c'est notre Raïs à nous. C'est monsieur René Coty. Un grand homme, il marquera l'histoire. Il aime les Cochinchinois, les Malgaches, les Marocains, les Sénégalais... C'est donc ton ami. Ce sera ton porte bonheur.

Hubert : Qui êtes-vous, que faites-vous ici, et à qui ai-je l'honneur ?

Sétine : Monsieur Bramard, une cigarette ?
Hubert : Merci, j'essaye de commencer !

Heinrich Von Zimmel : Je hais mon père, c'est un Nazi ! [Il se prend une baffe de OSS 117/ Hubert]
Hubert : Non mais oh ! Comment tu parles de ton père ! Qui c'est qui t'as nourri ? Moi jamais je parlerais de mon père comme ça, jamais ! Moi mon père il était charron ; et j' peux t' dire qu'ça filait doux ! Ça, la mère de la Bath elle mouffetait pas ! Et les enfants non plus d'ailleurs.

Hubert : Que se passe-t-il ?
Larmina : Mon père est mort ici...
Hubert : Il a participé à la construction du canal ?
Larmina : Non, il jouait au jokari avec un ami, l'élastique s'est distendu, la balle est partie... il l'a suivie emporté par les flots...

Hubert : Venez ! Nous avons une grosse heure de dromadaire.

Trumendous : Kiss my ass !
Hubert : D'accord, on fait comme ça !

À ne pas rater