Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Nouvelle tendance alimentaire : boire ses repas pour être plus performant

Une nouvelle mode alimentaire a envahi les Etats-Unis : celle de boire ses aliments. L'objectif : gagner du temps au travail et donc être plus productif. Cette nouvelle tendance est particulièrement en vogue dans la Silicon Valley.

Les dernières tendances viennent constamment des Etats-Unis, qu'elles soient en mode, en beauté avec notamment le tie and dye ou encore alimentaire avec les food trucks, de plus en plus en vogue en France. Cette fois-ci, cette tendance ne vient des villes de New York ou Los Angeles, mais de la Silicon Valley, haut lieu de la nouvelle technologie. Si certains comme Facebook ou Google ont choisi de servir des repas préparés par des chefs à leurs employés, d'autres ont décidé d'accroître leur productivité à travers la nourriture liquide.

Des millions de dollars investis

Différentes start-up se sont engouffrées dans ce nouveau filon. Ces régimes alimentaires promettent un équilibre glucides/lipides/protéines calculé pour répondre aux besoins alimentaires quotidiens, soit environ 2 000 calories.

Cette nouvelle façon de manger intéresse beaucoup. La firme d'investissement Andreessen Horowitz a par exemple investi 20 millions de dollars dans l'une des start-up.

Une formule pas encore totalement au point

Rob Rhinehart, 26 ans, a lui fondé Soylent. En 2013, il a lancé une première version et a depuis constamment modifié sa formule. Le jeune homme a d'ailleurs testé au début lui-même ces nouveaux repas alimentaires, qui lui ont causé entre autres une overdose de potassium, entraînant une arythmie cardiaque et de l'hypertension. Depuis, il préfère faire confiance à des nutritionnistes et des gastro-entérologues.

La version 1.4 de Soylen est composée d'une trentaine d'ingrédients dont de la farine d'avoine, de la maltodextrine pour les sucres, e la protéine de riz, de l'huile de tournesol pour les graisses et de poisson pour les acides gras, minéraux et vitamines. D'après un sommelier qui a goûté la formule pour le New York Times, "la texture à le goût de la pâte à crêpes" et c'est "un peu comme de renifler du carton". Autant dire que ça ne donne pas très envie !

À ne pas rater