Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Nina Ricci : politiquement correct ?

Nina Ricci : politiquement correct ?

Dès le premier passage, tout est dit : " Look 1 : manteau de moleskine noire et fausse fourrure, culotte en maille ". Des options ont été prises pour la deuxième saison de Peter Copping à la direction artistique de [brand=4294924525]Nina Ricci[/brand]. Un ersatz de luxe ? Pas si certain puisque le dossier de presse promet "l'équilibre qui porte l'empreinte des codes Nina Ricci : rubans et noeuds papillon, détails de lingerie et de corsetterie...", bref, féminité, sensualité. Renouer pour adapter à aujourd'hui n'est sans doute pas une mince affaire, on le sait. Au résultat, il semble que le designer ait résolu l'équation en jouant la carte "girly".

Cheveux crêpés sur le sommet du crâne comme dans les années 1960 (mieux que chez [brand=4294924541]Rochas[/brand], vu la veille), la collection accumule en effet les détails : larges bandes de fourrure synthétique, incrustations de dentelles, fleurs en trois dimensions, guipure, dentelle de laine confèrent à ces allures un côté cocotte actualisé. Les proportions peu flatteuses tassent néanmoins les silhouettes plus que de mesure dans les longueurs à mi-mollet ; le soir, trois volants incrustés dans le bas des robes aboutissent au même résultat.

La gadgetisation fifille, pourquoi pas ? L'air du temps n'est plus assez léger pour que l'on se passe d'une aubaine pareille, mais proposer ces robes entièrement rebrodées de fleurs pourrait de façon légitime, faire enrager un Alexis Mabile qui a affirmé avec davantage de panache cette proposition dans ses premiers défilés pendant la couture. Les fleurs de Peter Copping sont certes ourlées, dans cette inspiration "jardin d'hiver", de davantage de noir que celles du couturier français, et la citation n'est donc pas vraiment littérale. Par contre, la fine ceinture du premier passage sur manteau élargi en-dessous de la taille semble coller trop directement au stylisme [brand=4294924745]Prada[/brand] pour l'hiver dernier.

Si nul ne peut vraiment s'approprier le noeud, il n'en reste pas moins qu'on l'attendait dans des proportions plus appropriées que sur le bustier de cette robe de satin rose. Il est vrai que le noeud est un ornement qui peut satisfaire un vaste public féminin. C'est sans doute la stratégie esthétique du designer qui cherche à élargir la cible commerciale de la Maison. Elle pourrait faire mouche sur un ravissant manteau en cachemire double face ou sur le sac de la saison, bien réalisé. Est-ce suffisant ?

 

Par Jean-Paul Cauvin

 

Retrouvez toutes les images du défilé sur Puretrend.

À ne pas rater
À découvrir