Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Nicolas Bedos, ses angoisses : j'irai me faire soigner avant d'avoir des enfants

Star de la télévision et désormais du cinéma, Nicolas Bedos trouve toujours un moyen de faire parler de lui. Mais cette fois-ci pour le magazine Télé Loisirs, c'est de son père dont il a décidé de parler et avoue même vouloir être "aimant et attentif" comme lui. 

Si Nicolas Bedos a récemment fait le buzz en se déguisant en Natacha Polony, il attire aujourd'hui notre attention en répondant à une interview pour Télé Loisirs. Un entretien où il parle surtout de son père, Guy Bedos... Ce dernier étant légèrement fatigué qu'on ne lui parle presque que de son fiston durant les interviews.

Une chose est certaine, si Nicolas Bedos a tendance à se venger (un peu) au travers de ses livres, il est beaucoup plus doux en interview. Surtout lorsqu'il évoque son père à qui il aimerait ressembler plus tard... en certains points : "Je serai, j'espère, aimant et attentif comme lui. Mais j'espère bien ne pas transmettre mes angoisses comme il l'a fait. Il y avait à la maison une ambiance anxiogène car mon père était sans cesse obsédé par ses prochains spectacles. J'ai tendance à être comme ça moi aussi, j'ai une tonne d'angoisses. Mais j'irai me faire soigner avant de faire des enfants. "

De l'humour au rendez-vous pour Nicolas Bedos qu'on adore toujours autant détester. Toujours dans cet entretien pour Télé Loisirs, l'écrivain revient un peu sur son enfance à Neuilly dont il ne garde pas que de bons souvenirs : "c'était une drôle de situation. On vivait au milieu des bourgeois et le soir, notre père nous expliquait qu'il fallait les détester ! Nous étions une famille de gauche, mais ma soeur et moi, on était dans un lycée de droite où on se faisait bien insulter par les autres gamins qui répétaient ce que leur disaient leurs parents sur nous. Par ailleurs, je n'étais pas très studieux, j'étais déjà passionné de cinéma et mon père avait trouvé cette formule "À force de lire Première, il va redoubler sa troisième."

L'intégralité de l'interview est à découvrir sur le site de Télé Loisirs.

À ne pas rater