Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Nicolas Bedos, sa liaison avec Valérie Trierweiler : un canular qui buzze

Nicolas Bedos et Alessandra Sublet ont lancé le mensonge parfait hier soir sur le plateau de "Un soir à la Tour Eiffel", diffusée en seconde partie de soirée sur France 2. Le trublion venu pour promouvoir un nouveau livre, écrit dans le plus grand secret soi-disant, était là pour confier sa liaison avec Valérie Trierweiler. En réalité, un canular du meilleur goût qui continue d'agiter la Toile.

Et dans le rôle de l'amant éconduit, le prix du meilleur acteur revient à Nicolas Bedos. Après le coup de maître réalisé par l'écrivain sur le plateau d'Alessandra Sublet pour le nouveau talk-show "Un soir à la Tour Eiffel" sur France 2, on ne pourra plus décemment dire qu'il n'est pas un bon tragédien. Une chose est sûre, la séquence va buzzer alors que Twitter s'est enflammé en seconde partie de soirée lorsque l'humoriste a confié avoir eu une liaison avec Valérie Trierweiler. Tout le monde a marché, hormis peut-être l'animatrice qui jouait les complices d'un soir et qui devrait recevoir le prix du meilleur second rôle.

Mettre le spectateur en confiance

Le plan était parfait. Nicolas Bedos avait préparé un canular sans rature, affichant une expression mystérieuse, mais surtout le visage d'un homme torturé face aux souvenirs de cette liaison brûlante. Son ex-amante ? La bien connue Valérie Trierweiler comme il l'affirme, qui a - ô coïncidence - sortie son livre, "Merci pour ce moment", confiant sa relation houleuse avec François Hollande. Si l'humoriste est sur le plateau de la pétillante Alessandra Sublet, c'est pour parler de son ouvrage, "Les serments déchirés". "Je suis d'ailleurs comme un funambule par rapport à ce qui s'apprête à arriver", déclare Nicolas Bedos très sérieux, "Je suis comme en haut d'une montagne, prêt à sauter avec vous ce soir". Et Alessandra Sublet de le suivre dans son jeu. "Parce que c'est d'une histoire très personnelle dont on va parler", dit-elle de manière solennelle.

Créer un scénario

Premier ingrédient pour faire croire à un mensonge : créer un scénario plausible. "En janvier 2012, alors que vous vous trouvez parmi d'autres écrivains, à la foire du livre de Brive-La-Gaillarde", commence Alessandra Sublet, "vous dînez dans un restaurant et vous rencontrez à ce moment-là, un homme politique que nous connaissons tous et sa compagne". Pas besoin de noms pour savoir de qui il s'agit. "Vous sympathisez. (...) elle, vous la trouvez, je cite 'fragile et sensuelle comme une aristocrate sur le chemin de la guillotine'", ajoute l'animatrice. Deuxième ingrédient : prendre des éléments de sa vie réelle. Et le complexe d'Œdipe de Nicolas Bedos est plus que connu et assumé par ce dernier. "Vous dites aussi que vous la trouvez belle, comme votre mère", déclare Alessandra Sublet. Troisième ingrédient : tomber dans le pathos. "Elle vous harcèle littéralement, elle vous traite de 'traître', 'd'ordure médiatique'", continue l'animatrice dans ce long récit, "elle dit, je cite, que 'vos mots font plus mal que des coups de couteau'". Des passages qui sonnent comme la fin du couple, véritable drame. Quatrième ingrédient : la jouer "Fifty Shades of Grey". "Nous passons des insultes aux tendres griffures dans le dos. Au bout de quelques jours à peine elle me parle de se marier secrètement au Maroc ou en Espagne, obsédée par l'union officielle que l'autre ne lui donnera jamais. S'ensuit une passion de 17 mois...", déclare encore l'écrivain avec force détails.

Avouer le canular

A la fin d'émission et après avoir déblatéré pendant une bonne dizaine de minute sur le livre de Nicolas Bedos, le duo lâche le morceau. Sous les yeux encore effarés des personnes présentes sur le plateau, Alessandra Sublet finit par déclarer : "On va peut-être expliquer aux gens que... c'est juste une grosse connerie". Tandis que l'animatrice et l'écrivain se congratulent pour leur performance d'acteur, Nicolas Bedos d'expliquer qu'il s'agit de "ma façon à moi de répondre à la pipolisation de la vie politique qu'on nous inflige". Une manière plutôt originale de donner son avis sur le livre de Valérie Trierweiler qui a été désapprouvé par nombre de Français.

À ne pas rater