Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Najat Vallaud-Belkacem, sa réponse cinglante aux attaques sexistes

Najat Vallaud-Belkacem victime d'attaques sexistes : elle répond sans se démonter.
2 photos
Lancer le diaporama

Ah, le sexisme ordinaire. Cette plaie, que disons-nous, ce fléau de la société. Najat Vallaud-Belkacem en a fait les frais non pas une, mais deux fois en quelques jours. Tandis qu'un éditorialiste du Point, Jean-Paul Brighelli, commentait la "ligne visible du soutif" de la Ministre de l'Education Nationale, Laurent Gerra l'appelait "Najat Vagino-Bécassine" sur les ondes de RTL. Classe.

Le sexisme politique n'est décidément pas assez prégnant au sein du milieu - se référer à Marisol Touraine qui avait été traité de MST par un député UMP - qu'il s'exerce également en dehors de cette sphère. D'ailleurs, il semble totalement impossible à certains membres de la gent masculine de déceler en une femme politique son statut. Une femme politique reste avant tout un vagin et un bonnet de soutien-gorge.

C'est la piqûre de rappel qu'ont souhaité faire Jean-Paul Brighelli, dans les colonnes du Point, et Laurent Gerra durant l'émission de RTL, "Les Grosses Têtes", en attaquant ouvertement Najat Vallaud Belkacem de deux manières bien différentes, mais tout aussi sexistes. On applaudit.

Najat Vallaud Belkacem, répond à l'attaque sexiste : "Il ne m'intéresse pas"

Une femme se doit d'être remise à sa place n'est-ce pas ? Ce 6 novembre 2015, l'essayiste Brighelli pouvait se féliciter d'avoir signé une tribune des plus misogynes à l'intention de la ministre de l'Education Nationale, écrivant : "C'est dans Annie Hall que Woody Allen développe le concept californien de LVS – la ligne visible du slip. Mercredi, Najat Vallaud-Belkacem l'a réactualisé en LVS 2 – ligne visible du soutif. Une stratégie de communication vieille comme le monde – le rouge à lèvres et les pendentifs aux oreilles arborés par Mme Vallaud-Belkacem avaient ce mardi lors des questions au gouvernement à l'Assemblée, la même fonction écran de fumée –, mais inédite devant la représentation nationale". Autant dire, "cachez cette bretelle de soutien-gorge que je ne saurais voir". Fait amusant : toutes les femmes portent des soutien-gorges. Pourtant la sexualisation du corps féminin semble inévitable.

Il est pourtant bien triste de s'apercevoir que la seule façon de défendre ses convictions est de renvoyer une femme à son apparence.

Loin de se laisser démonter par la tribune imbibée de mépris, Najat Vallaud Belkacem rétorque du tac au tac au micro de Jean-François Achilli sur France Info. "D'abord, je voudrais remercier tous ceux qui se sont exprimés en soutien pour dénoncer ces propos. Ensuite, je vous invite à ne pas vous encombrer l'esprit avec ce monsieur qui ne le mérite pas", déclare-t-elle.

D'ailleurs les armes qu'elle empoigne pour répondre à cette attaque ne sont pas les attributs masculins de l'éditorialiste, mais sa crédibilité lorsqu'il parle de l'Education, un sujet qu'elle connait bien. "Moi, je ne m'encombre pas l'esprit avec quelqu'un qui, comme lui, se croit autorisé à donner des leçons sur l'école et commence par la qualifier de 'fabrique du crétin', c'est vous dire la finesse légendaire du personnage. Il ne m'intéresse pas et je vais beaucoup mieux depuis que je l'ai fait disparaître de mon champ de vision", dit-elle pour clore le sujet. Rien ne vaut l'indifférence plutôt que de s'abaisser au niveau de Jean-Paul Brighelli dont les mots renvoient à l'instinct le plus primaire de l'espèce humaine.

Najat Vallaud-Belkacem, une "habituée" du sexisme ordinaire

Ce n'est malheureusement pas la première fois que Najat Vallaud Belkacem est victime de remarques sexistes de ce type. En 2014, elle était la cible de Franck Keller, actuel conseiller municipal Les Républicains de Neuilly-sur-Seine, qui tweetait : "Quels atouts Najat Vallaud Belkacem a utilisé pour convaincre Hollande de la nommer à un grand ministère ?". Le tout accompagné d'une photo de la femme politique dans une robe noire et jambes croisées. Depuis, le tweet a, bien entendu, été supprimé. Courageux.

Pour relever le niveau (ou pas) Laurent Gerra a fièrement annoncé que dans son spectacle il appelait la ministre "Najat Vagino-Bécassine". Drôle. Une appellation qui a été mise en avant sur le Twitter officiel de l'émission "Les Grandes Gueules" de RTL. Humour grossier et rires gras au programme.

A cela, Najat Vallaud-Belkacem n'a, bien sûr, pas répondu. Difficile de se renouveler pour Laurent Gerra, quand on sait que Ségolène Royal traine le charmant sobriquet de "Bécassine" depuis plusieurs années.

Et pour ceux qui trouvent qu'on crie trop souvent au "sexisme", peut-être que quand il n'existera plus de guide de survie destiné aux femmes en politique, on arrêtera, en effet.

H. F-G

À ne pas rater