Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Nabilla : la prison, Thomas... elle dit tout dans sa première interview

Depuis sa sortie de prison en décembre 2014, la galaxie people n'attend qu'une chose : les premières confidences de Nabilla Benattia. Après moult demandes de la part de la presse, c'est au magazine Lui que la jeune femme a décidé de d'accorder son tout premier entretien. La prison, Thomas, le drame... elle n'évite aucun sujet.

Plus de quatre mois après sa sortie de prison, Nabilla Benattia accorde sa toute première interview au magazine masculin Lui dont quelques extraits ont d'ores et déjà fuité sur les réseaux sociaux et sites... Extraits choisis via les sites 7sur7.be et TeleStar.fr.

La prison : "ça rend ouf, j'avais envie de mourir"

En novembre 2014, Nabilla passe de l'univers des strass et paillettes à celui d'une cellule de prison suite à son incarcération à la maison d'arrêt de Versailles. Cette épreuve a été douloureuse pour elle : "La prison est pire que la garde à vue. Je pleurais ma rage, j'allumais la télé tous les jours. J'étais dans ma cellule et tous les jours je voyais des gens qui donnaient leurs avis. Et les grandes chaînes qui disaient que j'allais prendre trente ans (...) Ça rend ouf, j'avais envie de mourir. Mais après je me suis dit que j'étais trop belle pour mourir."

"Ce n'est pas facile de marcher tous les jours, tête baissée dans la rue"

Au cours de cette interview, la jeune femme est revenue sur cette nuit où tout a basculé : "J'ai toujours donné la même version. Pour moi c'est du passé. Le plus important, c'est de savoir que ça a dégénéré parce qu'il y a eu des médias, cette tension. Ce n'est pas facile de marcher tous les jours, tête baissée dans la rue, de se cacher. Moi, on me reconnaît à ma voix, à ma simple odeur. Ils me reconnaissent à mes ongles, mes tatouages. C'est oppressant, ça crée une tension, et tu deviens ouf".

Avec Thomas "c'est une relation passionnelle, c'est chimique"

Devant Frédéric Beigbeder, elle parle de tout. Et notamment de Thomas Vergara, "l'homme de [sa] vie" qu'elle a toujours interdiction de voir, même si son avocat et celui de son fiancé "ont demandé à lever l'interdiction": "J'imagine qu'il a envie de revenir avec moi. Il n'a pas à m'en vouloir parce que je n'ai rien fait, et il le sait. Il n'est ni acteur, ni producteur, ni riche, ni milliardaire, alors qu'ils font tous la queue. Mais lui, c'est l'homme de ma vie et il me le faut absolument (...) Il me rend heureuse à fond. Il m'écoute, il est gentil, il est doux, il prend soin de moi, il me lave les cheveux. C'est une relation passionnelle que tu ne peux pas expliquer, c'est chimique. Il est vraiment gentil ce garçon."

Bientôt au cinéma ?

Avant cette triste nuit du 6 au 7 novembre 2014, Nabilla avait été approchée par la réalisatrice Lisa Azuelos qui trouvait qu'elle incarnait "une modernité aujourd'hui qui [l'intéresse]". Dans Lui, la jeune femme confie avoir des envies de cinéma : "Je veux faire du cinéma, c'est la seule chose qui me tient à coeur. Je peux commencer des rôles où je balaie le sol. Il n'y a pas de souci, mais je veux faire de la comédie. Et si des gens l'ont fait, je me dis 'pourquoi pas moi ?'"

Découvrez l'intégralité de l'interview de Nabilla Benattia dans le dernier numéro Lui, actuellement dans les kiosques.

À ne pas rater