Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Mireille Mathieu contre le Petit Journal : tout le monde perdant !

Le Petit Journal de Yann Barthès ne fait pas rire tout le monde, et certainement pas Mireille Mathieu. La chanteuse qui avait attaqué l'émission de Canal + pour diffamation s'est vue déboutée par le tribunal. Le Petit Journal, qui réclamait des indemnités pour procédure abusive, ne voit pas non plus sa demande aboutir.

Tout a commencé en septembre 2012 lorsque Yann Barthès a présenté Mireille Mathieu comme un soutien de choix des Pussy Riot sur le plateau du Petit Journal de Canal+. Les chanteuses russes venaient alors de se voir emprisonnées en camp de travail pour avoir chanté une prière punk à l'encontre de Vladimir Poutine dans une église.

La chanteuse à la coupe au bol mythique s'était exprimée sur le sujet à la télévision russe, Interview qui a été récupérée par Yann Barthès pour la diffusée dans le cadre du petit Journal. On pouvait y entendre la chanteuse qualifier les Pussy Riot de "filles peu conscientes" et déclarer qu'il était "sacrilège" d'avoir choisi une église pour proférer des insultes à l'encontre du chef d'Etat russe. Mireille Mathieu avait envoyé un courrier à Yann Barthès, courrier lu par le journaliste beau gosse du PAF portant une perruque coupe au bol. La chanteuse y expliquait que la fin de sa prise de parole avait été coupée, alors qu'elle y avait demandé "la clémence" pour les Pussy Riot.

Malgré ce droit de réponse, Mireille Mathieu avait décidé d'attaquer le petit Journal en diffamation et surtout pour ce qu'avait dit Yann Barthès à son sujet, à savoir que le soutien de Mireille Mathieu vis-à-vis du gouvernement Russe n'était pas étonnant "venant d'une ambassadrice française qui, il n'y a pas si longtemps, faisait des fiestas avec Poutine et Kadhafi, il fallait s'y attendre".

Mercredi 5 février dernier, la décision du tribunal a été rendue et la star a été déboutée. Pour les juges, les dires de Yann Barthès ne sont que "jugement de valeur, certes critique et satirique" mais "même si Mireille Mathieu a légitimement pu se sentir blessée et ridiculisée, les propos et images retenus ne seront pas retenus comme diffamatoires".

Mireille Mathieu demandait 100 000 euros de dommages et intérêt, ce qui a été refusé par le tribunal. Le Petit Journal qui en demandait 10 000 pour procédure abusive n'a pas non plus vu sa demande acceptée.

À ne pas rater