Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Michel Drucker raconte ses débuts : ''On a eu pitié de ma jeunesse''

Du haut de ses 50 ans de carrière, Michel Drucker fait office de dernier Mohican du petit écran. Engagé en 1964 à l'ORTF, l'animateur a assisté aux débuts des plus grands. Pour Télé 7 Jours, il revient sur son entretien d'embauche et sur son premier passage à l'antenne... éprouvant !

Installé dans son canapé rouge, Michel Drucker convie chaque weekend une personnalité - de la chanson, du cinéma ou politique - dans "Vivement dimanche". Là depuis toujours ou presque, il est devenu en 50 ans de carrière un incontournable de la télévision française... et il ne semble pas prêt à la quitter ! A 71 ans, l'animateur revient sur ses premières fois pour Télé 7 Jours.

Un jour de juillet 1964, le jeune homme pousse la porte des bureaux de l'ORTF. Un entretien d'embauche qui signe le début de sa (très) longue carrière. Et à l'époque, Michel Drucker n'a rien de l'animateur expérimenté qu'il est aujourd'hui. Mais la chance lui a néanmoins souri.

"Quand j'arrive dans le bureau de Raymond Marcillac, patron du service des sports de l'ORTF à l'époque, je sors du service militaire. Cet été 1964, j'ai 22 ans, j'en parais 16. Il a eu pitié de ma jeunesse. Faute de pouvoir m'engager, il m'a proposé un stage gratuit de quelques jours au service des sports qui se préparait pour les jeux Olympiques de Tokyo. Ils m'ont gardé..."

Un sacré coup de bol pour l'oncle de Marie Drucker, qui lui a permis de faire ses preuves... et son premier passage à l'antenne, quelques temps plus tard. Celui qui a assisté aux débuts de carrière de stars comme Johnny Hallyday (le fan des Bleus au style de vie toujours aussi rock'n'roll) ou Claude François s'est retrouvé pour la première fois face aux caméras un an plus tard.

"Léon Zitrone et Roger Couderc m'avaient demandé de remplacer au pied levé un journaliste de 'Sports dimanche' (un direct, après le JT). Seul face caméra, je devais donner des résultats sportifs inscrits sur des feuilles que je tenais dans les mains. Les douze minutes les plus longues de ma vie."

Et il semblerait que son stress ne soit pas passé inaperçu. Le lendemain, alors qu'il prend le bus pour rejoindre les studios de Cognacq-Jay, les voyageurs le regardent d'un drôle d'oeil et l'un d'eux lui demande : "Alors, ça va mieux depuis hier soir ?". Une petite anecdote parmi tant d'autres de la part de celui qui s'appelle lui même "l'un des derniers Mohicans".

À ne pas rater