Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Martin Grant : discrets trésors et vibrations chromatiques

Martin Grant : discrets trésors et vibrations chromatiques

Si Martin Grant présente dans le calendrier officiel cette année, c'est qu'il est parvenu à convaincre les responsables de l'Ecole des Beaux-Arts de le laisser investir l'église qui fait partie de cet ensemble sur la rive gauche de la Seine. La destination religieuse originelle, sert aujourd'hui d'écrin aux sculptures monumentales qui y sont exposées et donnent une impression de quête du Graal, une ambiance à la Tolkien. Un monumentalisme rendu aujourd'hui moins intimidant par la convivialité musicale d'un groupe jouant en "live" autour de sa chanteuse dans l'abside latérale. Au milieu des impressionnantes statues équestres un podium a été dressé dans la nef.

Pas de défilé toutefois sur cette estrade blanche, mais une présentation statique de la collection Martin Grant de la saison sur mannequins vivants. " C'était la condition pour investir ce lieu ", précise le designer. On admire les filles qui ne présentent pas ici des créations tape-à-l'oeil, mais des pièces de vestiaire bien conçues, avec davantage d'âme que de falbalas. Le créateur australien basé à Paris explique en toute simplicité à qui vient le saluer comment il a conçu sa collection. Tout est parti d'un manteau en cuir fauve. Une fois cette première pièce réalisée, comment en faire vibrer la couleur au mieux ? Martin Grant lui a alors juxtaposé une matière plus brillante choisie dans un ton de bleu avec une nuance de violet. Il explique en montrant une des mannequins qu'il a choisie ici que la rousse qui porte une longue jupe de cette couleur donne une résonance particulière à cette nuance de bleu, tout comme le manteau de cuir dans les mêmes tons. Ce n'est pourtant pas la seule note que joue Martin Grant dans sa collection.

Sur la belle Hana de l'agence Crystal, la peau blanche de la jeune femme contraste sous un manteau du même bleu, tandis que les parements de finnraccoon royal agrémentent le bas de ses manches, jouant un autre accord chromatique tout aussi élégant. C'est en regardant de près aussi longtemps qu'on le souhaite dans ce cadre les détails de la collection Martin Grant que l'on réalise au mieux le soin apporté à la conception de chaque pièce davantage destinée à être intégrée au fil des tenues de celles qui voudront les acquérir qu'à créer des looks impressionnants. La variété du travail sur les manches impressionne. Ici manche gigot ramassée en quelques plis, là manche montée soulignée d'un aileron tout le long du bras pour créer une ligne graphique, ailleurs montée en un petit raglan pour mouler davantage le corps, chacun des hauts proposés a trouvé sa particularité sous la main de M. Grant. Son talent, cet homme courtois, disponible, souriant l'a mis au service de celles qui apprécient son univers tout en délicatesse. Mais quelle est donc cette fourrure toute blanche portée sur les épaules ? Du renard, vu sa souplesse ?

Du finnraccoon, vu la coloration légèrement différente du pelage le plus long ? Martin Grant explique qu'il a découvert cette technique, le "airgallon", au Design Center de Saga Furs, au Danemark. La peau du white raccoon est incisée de petits traits sur l'envers. Une fois étirée, ces incisions forment des losanges qui donnent cette souplesse, ce tombé léger, cet aspect aérien. Comment ne pas s'extasier devant tant de soin prodigué à la conception, à la réalisation, à l'explication ? Les clientes de Martin Grant ont du goût... et la chance d'avoir croisé un jour un de ses fabuleux et discrets trésors de style !

 

Jean Paul Cauvin

 

Retrouveztoutes les photos du défilé Martin Grant sur Puretrend

À ne pas rater