Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Marion Cotillard, sublime égérie : ses plus belles apparitions cannoises en Dior

Singulière, magnétique : elle est, depuis 2008, l'une des plus emblématiques figures de la maison Dior. Subtil mélange d'élégance très française et de modernité sans compromis, Marion Cotillard a su aussi se distinguer à Cannes durant l'acrobatique exercice de style que constitue la montée des marches. Retour sur un parcours sans faute, en huit moments phares. 

2016 : le rétro-futurisme glam'

Cinquième montée des marches de ce 69e Festival avec une robe en lamé or, évidemment signée Christian Dior, et qui transcende l'actrice : mi-déesse, mi-statuette des Oscar. Marion Cotillard, pour sa première apparition sur le red carpet de cette édition, impose la représentation d'une nouvelle figure de proue féminine, aux confins du mythique et du surréel. A son image, en somme.

.


2015 : la haute couture sobrissime

Très peu d'accents, beaucoup d'effet : sublimée par un fourreau presque classique, revisité en bleu pastel, elle se distingue lors de la présentation officielle du "Petit Prince". Silhouette graphique, haute joaillerie : en peu de mots, "less is more".

.


2015 (2) : en mode cocktail pop

La même année, elle s'entiche d'une robe bustier glitter, festive et sexy, toujours signée Christian Dior pour la première de "Macbeth", le 23 mai 2015. Une réinterprétation presque impromptue, et très bien vue, de la soirée mondaine.

.


2014 : le choc amazone

Un an plus tôt, pour le 67e Festival de Cannes, les codes sont encore revisités et un parti-pris radical, très assumé, de mise... L'art du transformisme grâce à une "simple" une robe blanche. Plis et volants, fleurs rebordées de sequins : dans le détail, un vrai travail d'orfèvre.

.


2014, toujours : divine allure en plissé soleil

Hommage appuyé au mythique créateur Christian Dior, une robe sculpture qui embarque les codes de la maison – gris perle, New Look – pour un voyage dans le temps et l'espace. Comme une passerelle entre passé, présent et futur, une pièce quasi-mythologique qui encapsule l'ADN Dior.

.


2013 : la classe américaine

Blancheur immaculée, do nus et tombé vestale : pour la première de "The Immigrant", dans lequel la Française tient le rôle principal, une robe en forme de déclaration d'amour au glamour hollywoodien et à son âge d'or, qu'on aurait pu croire cousue sur Rita Hayworth.

.


2013, bis : le fifties au top

Lors de ce même 66ème millésime, autre réécriture d'un classique : le style 50 s'encanaille en mode "arty party", avec un un chignon volontairement massif et rétro. Ni Amy Winehouse, ni figure de mode amidonnée, Cotillard s'offre un graphique retour dans le passé, maîtrisé au millimètre.

.


Cannes 2012 : impératrice hot couture

Un pièce tout tout en volume, bustier sombre et tulle de danseuse : la môme a des allures de Maria Callas, la mythique cantatrice sixties, dans cette robe théâtrale qu'elle dédramatise pourtant. Tour de force mode pour l'égérie "made in France".

Claire Stevens et Amélie Wolf

.
À ne pas rater