Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Marion Cotillard complexée ? "Je ne suis pas un canon de beauté"

À 39 ans, Marion Cotillard est l'une des actrices les plus bankables, aussi bien en France qu'aux Etats-Unis. Et pourtant, elle n'arrive pas à voir dans son reflet ce qui a séduit le monde du cinéma. Complexée, Marion Cotillard ?

Malgré son Oscar pour "La Môme", ses deux nominations (une aux Césars, une aux Oscars) pour "Deux jours, une nuit" des frères Dardenne et son statut d'égérie Dior, Marion Cotillard n'est pas franchement sûre d'elle. Du son physique tout du moins, puisqu'elle n'hésite pas dire qu'elle n'est pas "un canon de beauté" dans les colonnes de Madame Figaro cette semaine.

Marion Cotillard, beauté originale

"J'ai un visage très mobile, très mouvant, très fluctuant. C'est parfait pour le cinéma, mais je ne suis pas un canon de beauté, ce n'est pas si difficile de me rendre laide", estime Marion Cotillard. D'ailleurs, elle ne sait "absolument pas parler de beauté", ni évaluer la sienne. "Quand on me rencontre, personne ne pense : 'Elle est splendide'. Je ne suis pas définie par mon physique. Je ne suis pas Monica Bellucci, dont la beauté est si étonnante qu'elle a dû forcément conditionner sa vie et son rapport avec les autres."

Les visages qu'elle aime ? "Les physiques singuliers et lumineux. Celui d'Ana Girardot. Celui de Meryl Streep. Je trouve Penélope Cruz sublimissime et Jessica Chastain aussi : j'adore les rousses", assure Marion Cotillard.

Une actrice qui rêve de naturel

Si les Américains complimentent souvent ses traits rappelant ceux des stars de l'âge d'or hollywoodien, la compagne de Guillaume Canet n'hésite pas à rappeler "qu'ils ne [lui] ont encore jamais proposé un rôle où [elle est] dépouillée de tout artifice". "Peut-être dans 'The Immigrant', de James Gray, où je portais très peu de maquillage, mais c'est un peu particulier, c'est un film en costumes. À l'inverse, dans 'Deux Jours, une nuit', Sandra, mon personnage, affronte la vie le visage nu. C'est une de mes plus belles expériences." Et peut-être celle qui, bientôt, lui apportera un deuxième Oscar.

À ne pas rater