Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Maria Callas : portrait de la voix du siècle, une diva pleine de failles

Le 16 septembre 1977, Maria Callas disparaissait à seulement 53 ans. Celle qu'on a surnommé "la voix du siècle" venait de révolutionner l'opéra. Alors que France 2 revient sur ses amours dans "Secrets d'histoire", Puretrend dresse le portrait d'une icône. 

Une relation mère-fille compliquée

Née à New York de parents grecs, Maria Callas (de son vrai nom Sophie Cecilia Kalos) grandit dans un foyer pour le moins instable, subissant avec sa soeur Jackie les disputes d'un couple mal assorti. Et si elle lui ressemblait, la future diva a entretenu des rapports compliqués avec sa mère, Evangelina. Celle qui se rêvait artiste a reporté ses envies et espoirs sur sa fille, dont elle devint l'impresario.

"Je ne lui pardonnerai jamais de m'avoir volé mon enfance. Pendant toutes les années où j'aurais dû jouer et grandir, je chantais et gagnait de l'argent", confiait la cantatrice à Time Magazine en 1956. Meilleures ennemies, mère et fille ont pourtant fait chemin commun vers le succès, et aux dires de beaucoup, "La Callas" n'aurait pu devenir la star qu'on connaît sans le soutien et la pression exercés par sa mère.

Une femme complexée

Maria Callas n'était pas le genre de femme éprise de son physique et débordante d'assurance, loin s'en faut. Complexée depuis sa plus tendre enfance, elle a développé un profond sentiment s'infériorité, renforcé par sa relation difficile avec sa mère. "Ma soeur était mince, belle et attirante, si bien que ma mère l'a toujours préférée à moi. J'étais un vilain petit canard, grosse, malade et mal-aimée. Il est cruel pour un enfant de ressentir qu'il est laid et non désiré..." (Time Magazine)

Car si on se souvient d'une Maria Callas à la silhouette menue et élancée, désignée comme "la femme la plus élégante au monde", c'était avant sa brusque perte de poids, qui en un an, entre 1952 et 1953, l'a vit se délester de 30 kilos. C'est avant tout le chant qui lui permit de gagner en assurance. "Quand je chantais, je sentais que j'étais vraiment aimée." (Time Magazine)

Des amours déçus

En 1949, Maria Callas (qui devrait être interprétée par Eva Mendes au cinéma) épousa Giovanni Battista Meneghini, qui joua tour à tour le rôle de mari, de mentor et d'imprésario. De trente ans son aîné, il façonna sa carrière. Mais le vrai amour de sa vie porte un autre nom, celui d'Aristote Onassis. Un séducteur pour lequel elle mit sa carrière entre parenthèse, pour "tenter de réaliser sa vie de femme".

Hélas, l'homme à femmes multiplia les liaisons, dont la plus connue, avec Jackie Kennedy - une autre icône - finit par un mariage en 1968. Amoureuse bafouée, La Callas demeura toutefois à son chevet, à la fin de sa vie.

La voix du siècle

Outre sa silhouette gracile et ce regard si dramatique, Maria Callas, c'était avant tout une chanteuse d'opéra hors pair, une voix de soprano au timbre chaud et aux couleurs telles qu'elle séduisit les critiques du monde entier.
Mais c'est surtout son talent de tragédienne sur scène qui marqua sa carrière. Pour beaucoup, c'est elle qui remit en avant le jeu d'acteur à l'opéra. Une force d'interprétation qui a transfiguré l'art lyrique du XXe siècle.

Maria Callas chante "Norma" de Bellini.
À ne pas rater