Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Marguerite & Julien : Elisabeth Méhu, costumière aux doigts de fée

Dans "Marguerite & Julien", les costumes n'appartiennent à aucune époque.
Dans "Marguerite & Julien", les costumes n'appartiennent à aucune époque.

Dans le nouveau film de Valérie Donzelli, "Marguerite & Julien", les costumes sont la touche pop qui colore ce conte sans véritable époque. Derrière le travail de titan qu'a représenté la création de ces tenues, Elisabeth Méhu, costumière aux doigts de fée et collaboratrice de longue date de Valérie Donzelli. 

Entre Elisabeth Méhu et Valérie Donzelli, c'est autant une histoire de travail que d'amitié. Toutes deux se sont connues dans les années 90, sur le tournage d'un court-métrage. Valérie Donzelli y tenait un rôle, Elisabeth Méhu avait conçu les costumes. Depuis, elles n'ont cessé de collaborer. Quand l'actrice décide de passer derrière la caméra, elle fait appel à celle qui la connaît par coeur. "Valérie a une grande liberté, elle est ouverte à beaucoup de choses. Elle explique le scénario avec des visions", annonce la costumière d'une voix chaude d'ancienne fumeuse.

"Tout était possible"

"Marguerite & Julien", le nouveau film de Valérie Donzelli, a été une expérience particulière pour Elisabeth Méhu : "J'ai vécu pendant un an avec eux [les personnages, ndlr]". Le challenge était énorme. À une reconstitution historique, envisagée par Jean Gruault, auteur du scénario original pour François Truffaut, Valérie Donzelli a préféré un univers sans époque, plus proche de la forme de conte qu'elle souhaitait donner à son film. Donc un choix infini pour les tenues des acteurs : "Tout était possible". La costumière a puisé des inspirations partout : au cinéma, au théâtre, dans des expositions... "Je me réveillais la nuit avec une idée soudaine en me disant : 'C'est ça !'", se souvient-elle. Derrière ses lunettes papillon, ses yeux sont encore emplis de passion pour le projet.

Un travail de titan

Pour habiller Anaïs Demoustier et Jérémie Elkaïm, elle a cogité pendant plusieurs mois. Sans compter les autres personnages et les 350 figurants. Devant l'ampleur de la tâche, Elisabeth Méhu s'est rapidement dirigée vers les loueurs de costumes. Elle y trouve des vestes de la guerre 14-18 pour habiller les gardes du tribunal, mais change les boutons et les galons. Idem pour les derniers costumes de Marguerite et Julien : ce sont de vieux modèles de pyjama "détournés et stylisés". Ce seront les maître-mots de son travail sur ce film. Tout au long de la préparation, "Valérie [Donzelli] a été très présente. Elle a besoin de concret. Notre travail se nourrit l'une de l'autre".

La robe de Marguerite, elles l'ont imaginée toutes les deux, en se basant sur un modèle de robe populaire du XIXe siècle, mais en l'épurant au maximum : "On ne voulait pas s'encombrer de détails". Et le résultat est bluffant. La robe se marie parfaitement avec des bottines seventies et un pull jacquard, le "pull à la fois d'enfance et de cavale", sans qu'on y prête d'ailleurs beaucoup attention. Mais comme le résume la costumière, "un costume réussi est un costume qui ne se voit pas".

Mathilde Lévêque Bargain

À ne pas rater