Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Maison Martin Margiela

Défilé Maison Martin Margiela - L'Estrop Produccions S.L. - Paris Printemps Eté 2011
Défilé Maison Martin Margiela - L'Estrop Produccions S.L. - Paris Printemps Eté 2011

Un été bipolaire chez Maison Martin Margiela

Les références au vêtement d'homme ont beau être évidentes cette semaine dans nombreux défilés parisiens, n'espérez pas un seul instant que Maison Martin Margiela tombe dans les clichés habituels du masculin/féminin.

Présentant une silhouette curieusement contradictoire, la collection insiste sur l'opposition entre le vêtement à plat - illustré sur le devant des modèles par de larges rectangles à effet trompe-l'oeil - et le corps modelé en 3D, donnant formes et sensualité au vestiaire masculin. Vous l'aurez compris, l'été bipolaire - et légèrement schizophrène - proposé par la Maison est un pur exercice de style, traitant le vêtement comme une abstraction graphique et offrant un traitement à part des jeux de volumes préoccupant les créateurs depuis déjà plusieurs saisons.

On retrouve ici les grands classiques de la Maison, tels que la veste de smoking à col de satin, le jersey chair seconde peau et le blouson zippé en cuir épais. Le corps apparaît et disparait, comme encastré et engoncé dans ces vêtements étranges, à la fois peintures sur toile et sculptures en mouvement.

La répétition de ces silhouettes à deux temps semble ouvrir les portes d'une réflexion vestimentaire intéressante, sans pour autant donner de direction claire. Si certaines associations créent un vrai plaisir visuel, la collection semble un peu en autarcie, ayant du mal à sortir de son propos de départ pour accéder à l'émotion.

Dans une saison qui prône l'aisance et le retour à une certaine fluidité, l'intellectualisme pur et dur de MMM est à la fois intrigant et totalement décalé.

Philippe Pourhashemi

À ne pas rater