Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Lupita Nyong'o se confie sur sa relation au maquillage et sur l'amour de soi

.

Dans une interview donnée à InStyle, Lupita Nyong'o est revenue sur le sujet du maquillage et en quoi celui-ci peut être un véritable empowerment pour les femmes. L'actrice mexico-kényane a ainsi raconté comment elle a lancé une pétition au lycée pour contrer l'interdiction faite aux jeunes filles de se maquiller. Une règle qu'elle avait jugé, à l'époque, de moyen d'oppression. Zoom sur ses confidences.

Véritable icône mode, modèle de réussite pour de nombreuses femmes, Lupita Nyong'o est également une femme engagée et cela depuis l'adolescence. L'actrice l'a une nouvelle fois prouvé dans ses confidences faites au magazine InStyle.

Interrogée sur sa relation au maquillage, la beauté mexico-kényane déclare : "Je suis allée dans un lycée composé en majorité de garçons et d'une poignée de filles. Un établissement où une règle archaïque disait que les filles ne pouvaient pas se maquiller à l'école. J'étais en colère qu'on essaye par ce biais d'opprimer et de contrôler la minorité de jeunes filles présentes."

Et face à l'injustice, Lupita Nyong'o est du genre à réagir. "Cette règle m'a rendu furieuse au point de lancer une pétition. Ma position était la suivante : 'Ecoutez, si une femme veut se maquiller à l'école pour avoir confiance en elle dans un environnement où elle est une minorité, pourquoi pas ? Cela ne change en rien sa capacité d'apprendre et d'écouter en classe'. Personnellement, je n'avais aucun intérêt à porter du maquillage, mais je trouvais ça injuste. Aujourd'hui, j'aime le maquillage. Ce n'est pas la chose sur laquelle je compte pour me sentir belle, et j'aimerais que ce soit le cas pour toutes les femmes. Le maquillage est quelque chose qui accompagne une tenue, tout autant qu'un chapeau ou une paire de boucles d'oreilles."

Quant à définir le terme "beauté", qui tend à évoluer en 2018, voici ce que ce mot évoque à l'actrice de "Black Panther" :

"Magnétisme et bonheur. Ce mot désigne ce qui vous apporte de la joie. C'est tout. 'Est-ce que me maquiller m'apporte de la joie ?' Si la réponse est oui, alors je suis sûre que cela vous fait vous sentir belle. Cependant, le maquillage ne devrait jamais prendre le pas sur l'amour de soi."

On a simplement envie de dire : "Yas Queen".

Le maquillage, élément de liberté et d'oppression à la fois ?

A l'heure où le fait d'arrêter de se maquiller est devenu un acte militant, on peut se sentir confus face à la véracité des propos de Lupita Nyong'o. En vérité, la limite entre liberté et oppression est ténue en ce qui concerne le maquillage. Le cas exposé par l'actrice, loin d'être isolé, implique, par l'interdiction du maquillage dans certains établissements scolaires, une image de la jeune femme tentatrice et sexualisée. Il s'agit d'une injonction au même titre que celle imposée par la société - à travers les magazines féminins, entre autres - qui oblige insidieusement les femmes à correspondre à un certain idéal de beauté.

Si le mouvement du "no make up" est terriblement nécessaire pour démonter les diktats qui enferment les femmes dans des carcans, il ne doit en aucun cas devenir une sorte de "contre injonction". Comme lorsqu'on parle du fait d'arrêter de s'épiler, tout est question pour les femmes d'avoir le choix de le faire ou non sans pour autant être pointées du doigt. Cela ne doit également pas mettre à mal celles qui aiment se maquiller et qui le font pour elles.

Alors que faire ? Simplement déterminer si le fait de se maquiller tous les jours est un plaisir ou une contrainte. Une fois arrivée à l'une de ces deux conclusions, il n'est pas pour autant plus simple d'arrêter de se maquiller si vous êtes dans le second cas. Le fait d'en prendre conscience est déjà un premier pas, pour le reste c'est à vous de choisir ce qu'il convient de faire et ce qui est bon pour vous.

Héloïse Famié-Galtier

À ne pas rater