Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Louise Roe, impératrice du cool : l'interview

Louise Roe : journaliste, présentatrice TV, fashion gourou...
Louise Roe : journaliste, présentatrice TV, fashion gourou...

Journaliste, présentatrice TV, fashion gourou : la très en vue Britannique Louise Roe n'a jamais les deux pieds dans le même sabot. Rencontre avec une éminence mode pas comme les autres.

Une tête bien faite, des idées par milliers : Louise Roe fait partie de ces fashionistas qui font feu de tout bois. Impératrice du cool, adepte d'un mix & match affûté, on la retrouve à Florence lors de la 13ème édition de Firenze4Ever où nous avons aussi croisé Negin Mirsalehi ou Patricia Field, et organisée par Luisa Via Roma. Spontanée, pétillante, elle y est effarante de coolitude, quelque part entre la socialite fun et l'aristocrate mode. Elle y présente son livre, "Front Roe" (un recueil malin entre le carnet de bord mode et le guide de conseils avisés), pas encore – hélas – traduit dans nos contrées. La veille, elle portait lors du dîner officiel organisée par le géant de la mode italienne une robe Asilio, des talons Diane von Furstenberg et des boucles d'oreilles H&M. Elle est comme ça, Louise Roe : capable de jouer la transversalité entre les marques les plus "street" et les enseignes les plus pointues, comme dans un grand numéro d'équilibriste toujours réussi. Anti-diva sur toute la ligne, irrésistible, très convaincante et convaincue : une présence fraîche, tout sourire, qui gagne à être connue.

c

Comment êtes-vous devenue celle que vous êtes ?
A la base, je suis journaliste. J'ai travaillé pour le ELLE et le Vogue, chez moi, en Grande-Bretagne - depuis j'ai déménagé à L.A. C'est là que je me suis rendu compte que j'avais envie de combiner l'écriture avec un show télé dont je serais l'hôte... C'est comme ça que j'ai commencé.

A quel moment avez-vous compris que vous faisiez la différence ?
J'aime beaucoup ce que je fais, ça reste mon moteur principal - je n'ai jamais eu l'impression de sortir du lot, en fin de compte. Mais à l'époque où j'ai commencé à présenter "Plain Jain" [une de ses nombreuses émissions télé diffusée sur la chaîne américaine CW, ndlr], j'ai eu l'impression tangible que je permettais, quelque part, aux filles qui m'écoutaient de prendre confiance en elle. C'est l'époque où elles ont commencé à m'arrêter dans la rue pour me dire que je les aidais à s'assumer telles qu'elles étaient. Là, j'ai compris que mon influence dépassait largement celle du style. Aujourd'hui, c'est avant tout de cela dont parle mon livre.

Qu'est-ce qui fait votre style ?
En ce moment, j'apprécie particulièrement cette espèce de vague minimaliste qui se distingue dans la mode. J'aime l'idée de simplicité extrême : je trouve ça très chic. Et la qualité prime sur la quantité, évidemment... Mes icônes de mode ont directement été importées des années 70, de Jane Birkin à Lauren Hutton. Et puis il y aussi les Françaises, à commencer par Inès de la Fressange. Je les trouve très inspirantes.

Qui sont vos designers de prédilection ?
J'ai un énorme faible pour les labels australiens : Cinnamon, Sass & Bide, les chaussures Senso, et aussi Nina Being – c'est une toute petite marque, mais elle a tous les bons basiques, du blouson de cuir idéal au jean parfait. Il se passe un truc à Sidney, en matière de style, qui est assez passionnant, une espèce de mix entre le relax et le chic minimaliste que j'évoquais précédemment.

c

Ce que vous préférez dans votre métier ?
Au-delà de l'aide que je peux apporter aux autres filles, la possibilité d'être créative tous azimuts. J'ai fait ce guide, je vais lancer ma ligne de vêtements en 2017, j'ai l'opportunité de faire plein de choses : c'est une liberté immense.

L'exploit dont vous êtes le plus fière ?
Mon livre. J'ai ressenti une immense fierté lors de sa publication. Tout ce que j'y ai appris sur la mode, sur le fait de se forger un style, y figure. C'est une espèce de Digest un peu drôle, parfois, de tout ce que j'ai pu emmagasiner comme tips ou comme anecdotes en sept ans de métier.

Quel conseil personnel donneriez-vous à une influenceuse qui se lance ?
Je lui dirais de se constituer un excellent carnet d'adresses, et de l'entretenir avec enthousiasme. Quand on commence, rien n'est plus important que de ramasser les cartes de visite à la pelle, de multiplier les contacts... C'est essentiel, autant que de sauter sur n'importe quelle opportunité, même lorsqu'on est tout en bas de l'échelle. Dès mes premiers stages, j'acceptais de faire cafés et photocopies avec enthousiasme. C'est aussi comme ça qu'on s'est rappelé de moi par la suite et qu'on m'a confié mes premiers jobs. J'avais réussi à me rendre indispensable : ça a payé.

Vous avez toujours le sourire aux lèvres. Est-ce aussi le secret de votre succès ?
J'aime être positive et rester abordable, c'est dans mon ADN [rires]. On voit toujours la mode de manière caricaturale, façon "Le Diable s'habille en Prada", mais les gens y sont aussi charmants ! Personnellement, je m'y suis fait une famille, et j'y ai rencontré des gens incroyablement créatifs, dont certains sont devenus des amis proches. Internet a rendu la mode plus accessible dans ce sens-là aussi. Les blogueurs, avec leur influence à eux, ont beaucoup changé les choses.

Propos recueillis par Claire Stevens

Informations pratiques : "Front Roe", l'ouvrage de Louise Roe, est vendu sur le site LuisaViaRoma .

c
À ne pas rater