Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Lou Doillon, relations difficiles avec son père : "Il m'a ramené à la réalité"

Télérama a recueilli les confidences de Lou Doillon. La comédienne et chanteuse s'est livrée sans tabou sur son enfance, sa famille, mais également sur sa manière d'envisager le processus créatif. 

Avec la sortie de son deuxième album, "Lay low", Lou Doillon joue le jeu de la promo. C'est à Télérama que la comédienne, chanteuse et "fille de" à ses heures perdues, fait des confidences. Revenant sur ses névroses, son émancipation, mais également sur l'intransigeance et la dureté de son père Jacques Doillon, la chanteuse de 33 ans se livre dans une interview-confession.

Lou Doillon : "Mes chansons sont des petites boucles obsessionnelles"

Depuis la sortie de "Places" en 2012, son premier opus, Lou Doillon a réussi à s'émanciper de sa famille et à se détacher petit à petit de son image de "fille de". C'est d'ailleurs l'inscription "Enfin Libre" qui apparait à côté du nom de la chanteuse sur la couverture de Télérama. "Que l'on ne m'ait prise au sérieux qu'à partir de mon disque m'a permis d'évoluer dans un univers différent de celui de ma mère ou de ma soeur", déclare-t-elle.

Du processus de création, Lou Doillon donne sa vision. "Mes chansons sont des petites boucles obsessionnelles", confie-t-elle à Télérama, "(...) J'adore le travail d'Annette Messager ou de Louise Bourgeois, cette méticulosité très féminine, de l'ordre du tricotage, de la petite névrose qu'on ne cesse de creuser. J'écris des chansons pour coudre les choses ensemble, je cherche à réparer, à rassembler".

Lou Doillon, des relations compliquées avec son père : "Il me regardait avec dégoût"

Quant à la fascination que son ascendance peut susciter chez le public, elle raconte : "Des gens viennent me voir pour le mythe, le fantasme, mais pas tant que ça. Parce que l'on trouve – et pour cause – assez peu de Gainsbourg chez moi. Charlotte exerce une fascination plus forte". Ce qui l'emmène à évoquer son père, le réalisateur, Jacques Doillon. Celle qui avouait au magazine ELLE avoir "l'impression d'être une petite bâtarde", raconte les souvenirs d'une enfance "ordinaire", mais aussi d'un père inflexible.

"J'ai reçu de mon père une éducation assez 'ordinaire'. On n'avait pas de femme de ménage, je prenais le métro, j'allais à l'école publique. Et quand j'enviais ma soeur, qui vivait dans de super appartements, il me regardait avec dégoût. Il m'a toujours ramenée à la réalité", a-t-elle déclaré. C'est également à un désintérêt total de sa carrière de la part de son père auquel Lou Doillon doit faire face. "Sur les 18 films que j'ai tour­nés, il n'en a vu qu'un seul qui n'était pas de lui", raconte-t-elle, "De mon premier album, il a juste dit : 'Il paraît que c'est bien mais, vu que tu écris en anglais, je ne peux pas comprendre.' Il est telle­ment raide...".

Pour se protéger, la chanteuse qui taclait récemment Beyoncé et Nicki Minaj a d'ailleurs décidé d'arrêter de courir après la reconnaissance de son géniteur. "On pourra toujours me dire des horreurs, ce ne sera jamais pire ! Jacques attend de moi le maxi­mum. Du coup, ça m'a aussi appris à arrê­ter de cher­cher à plaire au père, puisque c'est impos­sible !", a-t-elle conclut.

À ne pas rater