Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Liya Kebede : sa cover de Vogue relance le débat de la place des tops de couleur

En couverture du mois de mai 2015 de l'édition française du Vogue Paris, Liya Kebede créé l'événement. Un peu malgré elle puisque cela faisait cinq ans qu'un mannequin de couleur n'avait pas fait la cover du Vogue Paris.

Demandez à n'importe quel(le) passionné(e)à de mode ce que représente le fait de faire la couverture de l'une des éditions du magazine Vogue, cette personne vous répondra très certainement qu'il s'agit d'une consécration. Et c'est vrai. Ce n'est d'ailleurs pas Kim Kardashian qui nous dira le contraire.

Liya Kebede, premier top noir depuis 5 ans

Pour le numéro du mois de mai 2015, c'est le top éthiopien Liya Kebede qui a été choisi pour faire la cover de l'édition française du Vogue. Une nouvelle "consécration" pour cette égérie L'Oréal de 37 ans qui s'est déjà fait un nom dans le milieu de la mode depuis plusieurs années déjà, et qui a même fait la couverture du Vogue Paris en 2002. En dévoilant la pétillante cover de ce mois de mai 2015, le site Fashionista a néanmoins soulevé un problème : cela faisait cinq ans qu'un mannequin noir n'avait pas fait la couverture du prestigieux magazine de mode français. La dernière fois, c'était en 2010, pour le numéro du mois de mars, et c'était Cordero, mannequin originaire de la République Dominicaine.

La "polémique" des mannequins de couleur relancée

Ces cinq années relancent la "polémique" de la place des mannequins de couleur dans l'univers de la mode. Un "problème" très souvent souligné, notamment par Naomi Campbell. Il y a deux ans de cela, le top au caractère bien trempé n'avais pas hésité à dénoncer les maisons de prêt-à-porter qui ne faisaient pas défiler assez (voire pas du tout) de mannequins de couleurs sur leur podium, même si les conséquences n'ont pas été des plus spectaculaires.

Si aujourd'hui, des tops de couleur comme Joan Smalls ou encore Jourdan Dunn sont de plus présentes sur les catwalks, il n'en reste pas moins qu'elles se font rares. Ne parlons donc même pas des couvertures de magazines qui affichent trop peu souvent des mannequins qui prônent la mixité et diversité. Le changement, ce n'est pas pour tout de suite...

Jennifer Delattre

À ne pas rater