Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Les Icônes de mode : Incroyable Tavi

Comme le disait notre cher Corneille, la valeur n'attend pas le nombre des années. Il ne se serait pas trompé avec Tavi Gevinson, véritable phénomène de mode, âgée de seulement 14 ans. Depuis qu'elle a lancé son blog en 2008, The Style Rookie, Tavi est devenue une véritable icône, courtisée par les designers et adulée par ses fans. On s'arrache l'adolescente aux quatre coins de la planète mode, en front row des défilés Marc Jacobs à Chanel, en passant par Proenza Schouler, Rodarte et Comme des Garçons. A Milan, Miuccia Prada semble avoir trouvé en elle l'incarnation parfaite de sa ligne Miu Miu.

Critique et posée à la fois, Tavi a déjà tout d'une intellectuelle. Cultivée, ouverte et curieuse, elle a de vraies antennes pour capter l'air du temps. Son père est ancien professeur d'école à la retraite et sa mère est artiste, spécialisée dans les tapisseries brodées. Bien qu'elle n'ait jamais baigné dans un univers mode, elle sait instinctivement ce qui lui va et s'imagine des looks uniques et extravagants. Tavi mélange volontiers les époques, les styles et les imprimés. Lors de notre rencontre au magasin ra d'Anvers - le nouveau repaire des fashion freaks en quête de la pièce unique - elle se jette sur le rayon vintage qu'elle inspecte scrupuleusement. A la librairie, elle dévore les livres d'art, de mode et de photographie. Elle se nourrit d'images avec une avidité propre à sa génération.

Elle lancera dans quelques mois son premier parfum, en collaboration avec la maison Six Scents à New York. Elle a raté quelques jours d'école pour venir assister à l'ouverture de l'exposition Stephen Jones au MoMu d'Anvers et couvrira la Fashion Week new-yorkaise pour le magasin Barneys. Autant dire que notre petite écolière a du pain sur la planche, même si elle affirme que ses devoirs passent avant tout.

 

Pourquoi as-tu lancé ton blog?

J'en lisais déjà d'autres à l'époque et voulais vraiment développer mon propre style. J'ai commencé mon blog il y a deux ans et demi. J'avais envie de créer un espace où je pourrais mettre mes nouvelles tenues et mes sources d'inspiration. J'aime beaucoup l'idée de collage et Style Rookie est un peu ça en fait. J'exprime aussi mon opinion sur l'actualité lorsque je trouve ça nécessaire.

 

Tu as d'ailleurs pris position durant la polémique autour du photographe Terry Richardson. C'était assez courageux de ta part...

Merci. Les gens ont souvent peur de dire ce qu'ils pensent. Je réagis seulement si je me sens concernée. Certaines choses se passent dans la mode que beaucoup jugent importantes, mais je ne vais pas en parler si ce n'est pas pertinent.

 

Quand est-ce que ce buzz énorme a commencé autour de toi? Tout semble être allé si vite.

Oui, c'est vrai. Je crois qu'il y a eu des moments marquants, mais je ne me suis jamais dit: "Ça y est, j'y suis!".

 

Ce serait d'ailleurs un peu effrayant que tu penses déjà cela à ton âge...

Oui, complètement. C'est drôle d'ailleurs, car je n'étais pas vraiment une passionnée de mode au départ. J'ai toujours aimé la créativité, mais j'étais plus attirée par le jeu et le théâtre, même si je me rends compte maintenant qu'on retrouve ces aspects-là dans la mode aussi. Je n'étais pas non plus très inventive dans ma manière de m'habiller. Tout cela est très nouveau pour moi.

 

Comment as-tu trouvé ton propre style?

Je ne suis pas vraiment à la recherche d'un style particulier, je continue à essayer des choses différentes et j'adore changer. L'année dernière, j'avais vraiment envie de mettre des chapeaux à plumes et j'aimais bien le look mamie, mais en ce moment, j'ai plutôt envie de m'habiller comme une sorcière.

 

Et en quoi consiste ce nouveau look?

Beaucoup de bottes lacées, plus de chapeaux du tout et des sabots.

 

Comment as-tu trouvé ta couleur de cheveux?

Mon amie tient un salon de coiffure et c'est elle qui a trouvé cette couleur. Je ne sais vraiment pas comment elle a fait d'ailleurs. C'était presque rouge vif au départ, mais la teinte s'est délavée depuis. J'aime bien l'effet. On dirait la couleur de mes anciennes chaussettes (rires).

 

Je sais que tu as rencontré Rei Kawakubo à Tokyo. Elle ne donne quasiment jamais d'interviews. Comment ça s'est passé?

 

J'écris pour Pop Magazine et je leur ai proposé d'interviewer Rei Kawakubo pour un de leurs numéros. Ils ont pu organiser la rencontre et c'était vraiment génial. C'était en novembre dernier à Tokyo, je me souviens que toute son équipe était terrorisée avant qu'elle n'arrive dans la salle, et j'avais un peu peur aussi, mais ça s'est très bien passé. Elle était préoccupée par le fait que je sois fatiguée et perturbée par le décalage horaire. Elle déteste les interviews et savait que j'avais eu une conférence de presse la veille.

 

Es-tu fan de Comme des Garçons?

Oui, totalement. C'est une vraie visionnaire qui n'explique jamais son processus créatif et j'ai beaucoup de respect pour elle. J'aime sa mentalité et n'oublierai jamais notre rencontre. C'est vraiment la plus forte pour moi.

 

Et quels sont tes autres designers préférés?

Marc Jacobs, bien sûr. J'aime beaucoup Proenza Schouler et les soeurs Mulleavy chez Rodarte. J'adore Vivienne Westwood et Phoebe Philo. J'aime aussi les belges, comme Dries Van Noten, Walter Van Beirendonck et Raf Simons. Je suis attirée par les stylistes un peu mystérieux qui ne passent pas leur temps à expliquer leur travail, même si je suis consciente que la plupart des informations que j'ai sur la mode viennent de l'Internet.

 

Les blogs ont vraiment changé la donne et la notion d'expert semble avoir perdu de son importance. Es-tu d'accord?

Oui, tout à fait. Je ne dis pas non plus que l'opinion d'un bloggeur compte plus que celle d'un rédacteur en chef, c'est juste qu'il y a plus de choix maintenant. Les bloggeurs n'ont jamais pris le pouvoir des grandes rédactrices de mode. Ce sont les diktats qui n'existent plus.

 

Propos recueillis par Philippe Pourhashemi


À ne pas rater