Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Les crimes presque parfaits de Yazbukey

Yazbukey dévoilait à la maison Darré, sa collection automne-hiver 2013/2014 intitulée "Murder she wrote".

Une collection pour la promotion de laquelle elle donnait de sa personne en posant pour s'amuser en vitrine derrière une machine a écrire, car Yazbukey avait choisi d'incarner un personnage de son invention : " Agatha Fletcher ", un mix d'Agatha Christie et de Jessica Fletcher interprétée par Angela Lansbury dans " Murder she Wrote " " Arabesque " en français, le feuilleton aux 250 épisodes.

Au mur des photos signées Tania et Vincent où Yazbukey présente ses accessoires sous la direction artistique de Pierre Marie.

L'inspiration de la collection est née à Istanbul dont elle est originaire, au Pera Palace. Un sublime hôtel créé en 1892 pour les voyageurs de l'Orient Express et récemment restauré, où se mélangent les styles néoclassique, art nouveau et oriental. L'hôtel vient juste d'être restauré. Hemingway y aurait écrit Les Neiges du Kilimandjaro et Agatha Christie, Le Crime de l'Orient Express.

" Je suis fan de cette littérature alors j'ai rapproché mes différentes sources, explique Yazbukey, le Mystère de la Chambre jaune, Agatha Christie, Hercule Poirot, pour faire un Cluedo géant. "

Entièrement basée sur le trompe-l'oeil, La collection est partie de là, avec par exemple ces ceintures géantes, qui sont des demi-vêtements, des façades de smoking ou de bustier de pin up à poser sur une robe noire et ainsi changer les courbes et amincir la silhouette.

Parmi les grandes pièces existent aussi des foulards, des carrés de soie de 90/90 roulottés main fabriqués à Lyon. " Comme à chaque défilé je raconte une histoire, le foulard m'a permis de représenter chacun des éléments de cette histoire. J'ai 6 foulards l'un représente la machine a écrire, un autre le téléphone, un troisième, le contenu du sac de la cleptomane renversé avec tous les diamants et collier de perles. Un autre s'appelle " Suspicion " avec des yeux qui regardent des bulles d'aveux, genre : " j'ai besoin d'un alibi ".

Dans la collection encore, Les sacs en plexi dont la anse continue en 3D, le motif du sac. Ainsi, un collier de perle se poursuit en anse, le motif d'une tasse de thé fumante est suspendu à une anse en forme de volute de fumée.

" J'ai créé des accessoires pour soi et des accessoires pour chez soi, en plexi. J'aimerais, les saisons suivantes, faire des objets pour raconter de histoires mais cette fois à poser sur les murs " insiste Yazbukey.

Encore sur l'idée du trompe-l'oeil : une cheminée en plexi que l'on accroche au mur, un dessus de piano à poser sur une table. Idem pour les sacs boites, proposés en grandes tailles différentes pour servir de rangements.

Tout le plexi est fabriqué à Istanbul. " J'ai inventé une technique avec un des techniciens d'une usine qui a ouvert une section pour moi. Découpe laser, assemblage main et toujours un espace entre les couleurs pour laisser le noir apparaître en dessous pour que le motif ressorte pour un 3D " révèle Yazbukey.

Paquita Paquin

Yazbukey en vente à Paris chez colette et dans la nouvelle section mode des Galeries Lafayette.

À ne pas rater