Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Les bijoux mythiques... la bague Trinity de Cartier

La bague Trinity de Cartier est l'un de ces bijoux mythiques qui ont toujours ému les femmes comme les hommes. Atypique et intemporelle, elle a marqué la mémoire esthétique collective, et l'histoire de la joaillerie. Copiée, convoitée, adulée dans le monde entier, elle traverse le temps sans perdre de son éclat, véritable fragment d'une légende dont les origines remontent à 1925, et qui ne cesse de se renouveler...

 

L'histoire d'une création...

Dans les archives de la Maison Cartier, on trouve des dessins datant de 1924, représentant une bague singulière à 3 anneaux entrelacés de trois métaux différents qui, portés, se combinent harmonieusement... Sans précédent, elle évoque les formes graphiques de l'Art Déco.
La première bague Trinity, qui ne porte pas de nom à l'époque, voit le jour en 1925. A l'origine, elle fut réalisée dans une combinaison de platine, d'or rouge et d'or jaune. On lui adjoint la même année un bracelet dans le même esprit, qu'une célèbre décoratrice américaine, Elsie de Wolfe, est la première à acheter.
Quant à la bague, elle connaît immédiatement un succès sans equivoque.
C'est le poète Jean Cocteau, artiste éclectique, à la fois écrivain (Les enfants terribles, ...), auteur de théâtre, cinéaste (L'Aigle à deux têtes, la Belle et la Bête...), mais aussi peintre et dessinateur, et élu à l'Académie française en 1955 (il demanda d'ailleurs à Cartier de réaliser son épée d'Académicien qu'il dessina lui-même), qui est à l'origine de cette création. En 1924, il demande à son ami Louis Cartier, rencontré pendant la guerre de 14 dans un hôpital militaire, de réaliser une bague " triplement saturnienne " aux trois anneaux de platine, or rouge et or jaune...
Il en devient aussitôt l'un des plus célèbres ambassadeurs, en l'adoptant avec enthousiasme (il en possède même deux, qu'il porte à l'auriculaire) et en l'offrant à son ami et amant, l'écrivain prodige Raymond Radiguet, auteur du Diable au corps. Cocteau imprègne le bijou de son imaginaire foisonnant et contribue à sa légende dès sa création. Il dira au sujet de cette bague que Cartier est un, " magicien subtil ", qui fait tenir " de la lune en morceaux sur du soleil en fil". Fidèle de la marque et de "sa" bague, il l'offrira à d'autres proches au cours de sa vie (notamment à la princesse russe Natalia Paley avec qui il a eu une liaison).

 

Un bijou marquant et hautement symbolique

Cocteau voyait donc dans ces trois anneaux une référence aux anneaux de la planète Saturne, mais les interprétations symboliques de ce bijou d'exception sont riches et multiples. L'or gris remplace le platine et la bague du poète, gage d'amour par excellence, devient la célèbre bague "Trois anneaux, trois ors", riche en significations : l'or jaune pour la fidélité, l'or blanc pour l'amitié et l'or rouge pour l'amour. Outre-Atlantique, on interprète d'ailleurs ces symboles de façon légèrement différente, comme les trois stades de la relation amoureuse : le jaune pour l'amitié, le rouge pour la passion, le blanc pour la fidélité...

Ce mélange de trois métaux est très inhabituel, voire inédit en joaillerie, la joaillerie étant l'art de mettre en valeur des pierres. Le choix d'un métal de préférence à un autre dépend de la couleur de la pierre à mettre en valeur. C'est donc la première fois (en Europe du moins) qu'un grand joaillier conçoit un bijou uniquement en métal, en jouant sur l'association de ceux ci.

Ces trois anneaux entrelacés font penser aux alliances traditionnelles russes, souvent composées de trois anneaux d'ors différents. Le nom de " Russian Ring ", a donc parfois été donné au bijou, ce qui a fait dire que Cocteau l'aurait en fait commandée pour Natalia Paley, et non pour Radiguet...
Ces diverses interprétation expliquent que cette bague trois ors soit très souvent utilisée comme alliance (on la désigne parfois comme l'alliance de Cartier), ou en tout cas comme signe d'engagement (par exemple de fiançailles, voire de PACS !).
Le nom " Trinity ", donné au bijou en 1998 seulement, souligne l'autre référence symbolique implicite de la bague, la Trinité chrétienne, le Père, le fils, et le Saint Esprit.

 

Un succès qui ne s'est jamais démenti

Dans la années 70, la bague trois ors est largement commercialisée et rencontre un vif succès. Elle devient rapidement le bijou le plus porté de Cartier. Sobre, élégante, moderne, c'est le bijou intemporel par excellence, qui plaît autant aux hommes qu'aux femmes (c'est l'un des rares bijoux portés indifféremment par les deux sexes), de manière universelle. Il s'en est vendu plus d'un million d'exemplaires dans le monde !
Si elle ne cesse de plaire et de surprendre, c'est aussi qu'elle sait se renouveler, tout en restant fidèle à sa légende : au fil du temps, elle s'est déclinée en différentes variantes... On distingue aujourd'hui la Trinity Classic, trois anneaux fins dont l'un est gravé du nom Cartier, la Trinity XL, également en trois ors gravée Cartier mais avec des anneaux plus larges, la Trinity Or Gris, avec les trois anneaux en or gris, la version avec diamants incrustés...

 

Et l'histoire continue...

En 2009, une nouvelle collection voit le jour en hommage à la bague mythique originelle, dans un esprit résolument contemporain. Clou de cette collection composée de colliers, sautoirs, bracelets, boucles d'oreilles, la bague Trinity trois ors entièrement pavée de diamants, aux anneaux légèrement plus bombés, et la Trinity For Two à six anneaux pavés de diamants... deux futures icônes de plus pour la grande Maison.
Keith Urban a offert la Trinity trois or pavée de diamants à sa femme Nicole Kidman pour la naissance de leur fille... La légende est toujours en marche.

 

Aurore de Lignières

À ne pas rater
À découvrir