Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Léa Seydoux : orpheline, mal habillée, poux... Elle se livre sur son enfance

Récemment interviewée par les journalistes de Rolling Stone, Léa Seydoux a fait part de son enfance difficile au coeur de Saint-Germain-des-Prés. Entre une garde-robe limite, des poux, des parents peu présents, celle qui fait désormais partie des James Bond Girls avoue tout.

Il y a quelques jours, Léa Seydoux était interviewée par le magazine Rolling Stone et lors de cet échange, la jolie blonde a fait part de son enfance difficile. Fille de bonne famille, l'actrice qui a dernièrement jouer dans le dernier James Bond avoue que sa vie dans le très chic quartier de Saint-Germain-des-Prés n'était pas l'idéal pour une petite fille. Entre des parents absents, une garde-robe négligée et des poux, Léa a déclaré s'être sentie telle une orpheline à Paris.

Léa Seydoux incarne la réussite à la française. Admirée et récompensée pour ses talents d'actrice, la belle blonde de 30 ans a réussi a charmer les réalisateurs à l'étranger. Avec une telle carrière et un tel réseau, on pourrait penser que Léa était soutenue par ses parents lorsque l'envie de devenir actrice lui vient à l'esprit mais malheureusement ce n'était pas le cas. Face à sa vocation et à ses rêves, Henri Seydoux et Valérie Schlumberger lui auraient dit : "C'est des conneries. Tu peux essayer, mais ça ne va jamais marcher.". Habituée à faire ses choix seule, celle qui donne aujourd'hui la réplique à Daniel Craig a cru en elle et s'est aventurée dans le monde du cinéma.

Léa Seydoux : "Je me suis toujours sentie comme une orpheline"

Récemment interviewée par le magazine Rolling Stone, Léa a fait part de son enfance très délicate : "Je me suis toujours sentie comme une orpheline. Je n'avais pas de structure. Je m'habillais mal. Et j'avais des poux. Quand je demandais à mes camarades d'école de venir jouer à la maison, elles refusaient en disant : "Non, mes parents ne veulent pas. Personne ne nous surveille." Avec des parents très souvent absents, Léa a dû s'élever seule et croire en sa vocation sans soutient de personne. Chapeau l'artiste !

À ne pas rater