Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Léa Seydoux : l'hommage à Woody Allen qui tombe mal

La nomination de Woody Allen aux Oscars a fait renaître une affaire vieille de vingt ans, l'accusant d'avoir abusé de sa fille adoptive, Dylan Farrow, alors âgée de 7 ans. Dans une lettre ouverte, celle qui se dit victime d'un "prédateur" prend les actrices à partie. Et ce n'est pas le récent hommage de Léa Seydoux au réalisateur qui calmera les esprits. 

"Quand Dieu vous appelle, vous répondez." Le jour où Woody Allen a proposé à Léa Seydoux de rejoindre le casting de "Midnight in Paris", elle n'a pas hésité. De son propre aveu, publié dans les pages de W Magazine, l'actrice à l'affiche de "La Belle et la Bête" est une grande fan du réalisateur. "Il a vu une photo de moi et m'a appelé pour me demander quelle longueur faisait mes cheveux. Je lui ai dit 'Ils m'arrivent aux épaules'. Il a répondu 'Okay, bien, on se voit demain sur le plateau'".

Elle n'avait pas même lu le scénario, mais peu importe, tourner avec Woody Allen ne se refuse pas, c'est un rêve. Le sien. "C'est mon Dieu", va-t-elle jusqu'à dire. Un hommage qui pourrait paraître anodin, s'il ne tombait pas si mal. Car depuis le 1er février dernier, le réalisateur américain est au coeur de la polémique. Celle déclenchée par sa fille adoptive, via une lettre ouverte parue sur le blog Nicholas Kristof, éditorialiste du New York Times.

"Quel est votre film préféré de Woody Allen ?". Le propos est d'abord léger, avant de peu à peu sombrer dans le drame. Vingt ans après, Dylan Farrow l'accuse d'avoir abusé d'elle quand elle n'avait que 7 ans. Un événement qu'elle se remémore et dont elle donne les détails, avant de parler de son mal-être face au succès d'un homme qu'elle décrit comme un "prédateur".

Depuis, Woody Allen a usé de son droit de réponse, réfutant ces accusations et pointant du doigt le rôle de son ex-femme dans cette sombre affaire. Un climat tendu où chacun se renvoie la balle et où la suspicion plâne. C'est d'ailleurs ce doute et le parti pris général en faveur du réalisateur que dénonce sa fille adoptive. Au point de prendre les stars d'Hollywood à témoin.

Car ce n'est pas un secret, nombreux sont les acteurs et les actrices à rêver de travailler avec le réalisateur. Un piédestal que Dylan Farrow rêve de démonter. Et c'est en s'adressant directement aux collaborateurs de Woody Allen qu'elle opère. "Et si j'avais été votre enfant, Cate Blanchett [au casting de "Blue Jasmine"] ? Louis CK ? Alec Balwin ? Et si ça avait été vous, Emma Stone ? Ou vous, Scarlett Johansson [bientôt honorée aux César] ? Vous me connaissiez quand j'étais petite fille, Diane Keaton ? M'avez-vous oubliée ?"

On comprend mieux alors pourquoi l'hommage rendu par Léa Seydoux au réalisateur (et non à l'homme, c'est à souligner) tombe bien mal.

À ne pas rater