Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

L'interview beauté d'une tatoueuse : Laura Satana

Laura Satana, la tatoueuse féminine qui a séduit la marque de maquillage Make Up For Ever. 
EXXXOTIC TATTOOS233 Rue Pyrénées75020 Paris01 46 36 09 25
Laura Satana, la tatoueuse féminine qui a séduit la marque de maquillage Make Up For Ever. EXXXOTIC TATTOOS 233 Rue Pyrénées 75020 Paris 01 46 36 09 25

Laura Satana, tatoueuse ultra-féminine, installe un salon éphémère dans la boutique Make Up For Ever du Marais. L'occasion pour Puretrend de s'intéresser de plus près à cet art à part entière encore trop souvent considéré comme marginal.

Quelles sont les tendances en matière de tatouages ?
Il y a beaucoup de prénom, de dates, de lettrages d'une manière générale. Mais, je ne peux pas vraiment le dire puisque je suis créatrice, je ne fais que des pièces uniques et personnelles.

Qu'est ce qui motive à franchir le pas ?
Il faut être sûr de son coup. Ce n'est pas un accessoire, c'est un véritable engagement. On va au delà du simple bijou de peau. Il y a plusieurs paramètres à prendre en compte : le prix, la douleur et le fait d'assumer le côté définitif. C'est une histoire de feeling. On le sent quand on est prêt. On ressent que l'on a besoin de marquer son corps. Ce n'est pas le bon sens du raisonnement de ne pas savoir ce que l'on veut faire. C'est la forme sans le fond.

Comment se prépare-t-on à un tatouage ?
Il n'y a pas de préparation spéciale, il faut juste être en forme. Il n'y a pas besoin de crème anesthésiante car aucune ne marche vraiment et dès que l'aiguille aura touché la peau, ses effets auront disparu. En plus, un tatouage, ça se mérite. Il perd de sa valeur si l'on n'a pas souffert pour l'avoir.

Comment se passe le tatouage en lui-même ?
Chez moi, c'est particulier. La personne vient avec des idées, de la documentation et une idée de l'endroit et ensuite je crée la pièce. C'est un peu de la Haute-Couture du tatouage. Il y a d'abord une consultation ou je fais un devis en estimant le prix et le temps de travail. Pendant le premier rendez-vous, je propose les dessins que j'ai fait selon leurs envies. Je dois être assez douée car on m'a rarement demandé de faire d'autres propositions. Ensuite, arrive le rendez-vous où j'effectue le tatouage. Cela peut prendre plusieurs séances.

Quels sont les soins après ?
Il faut une très bonne hygiène et mettre de la crème cicatrisante.

Comment vieillit-il ?
Le tatouage prend de l'âge avec nous. Plus le tatouage est petit, moins il vieillit bien. Il perd de sa netteté. C'est pour ça qu'il ne faut pas le faire trop microscopique sinon les espaces se perdent. Mais si il est bien fait, il n'y a aucune raison qu'il vieillisse mal.

Et si on regrette ?
Il fallait y réfléchir avant. Si on ne le fait pas selon la mode, on ne va pas le regretter. Un tatouage, on le regarde les six premiers mois et après on n'y prête plus attention, il fait partie de nous.

Comment êtes-vous venue au tatouage ?
Cela fait plus de 15 ans que je tatoue. J'ai toujours plus ou moins voulu faire ça. J'aimais le dessin, la peinture, il y avait le côté marginal et le support noble de la peau. Le tatouage permettait d'associer l'illustration et le côté humain.
Quand j'avais 15 ans, j'étais un peu punk. Mes amis me demandaient de leur faire des dessins, je me suis dit que je voulais faire ça.

Qu'est ce que ça représente pour vous ?
On naît avec ses tatouages, la vie les révèle et les fait apparaître. Un tatouage réussi, on a l'impression de l'avoir toujours eu.

Pourquoi ce partenariat avec Make Up For Ever ?
Make Up For Ever m'a contacté. Ils aimaient mon travail, le fait que je sois féminine, que j'aime me maquiller. Mon deuxième job, c'est casseuse de stéréotype. De mon côté, j'ai été séduite par la marque, par l'idée de pouvoir communiquer autour de ma pratique envers des gens qui ne s'y intéressent pas vraiment. Le tatouage, c'est un art, de la création, ce n'est pas juste des petites choses mignonnes. C'est un miroir de l'âme.

Quel est votre rapport au corps, à la féminité ?
Être féminine c'est un état d'esprit, plus qu'un accessoire de beauté. Le maquillage est pour s'amuser, c'est éphémère. On fait ce qu'on veut. Il n'y a pas de beauté stéréotypée.

Quels sont vos indispensables beauté ?
Une crème hydratante, un fluide pour les cheveux, mon parfum Nina de Nina Ricci, du liner noir et je suis moi-même.

Quelles sont vos habitudes beauté ?
La seule routine, c'est que le week-end je ne me maquille pas.

Entretenez-vous votre corps ?
Je le gomme et l'hydrate. Je vais à la salle de sport trois ou quatre fois par semaine. J'ai la chance d'avoir une génétique favorable, je peux manger tout ce que je veux. J'y vais plus pour la forme et la fermeté.

Un produit culte ?
Le liner noir. J'en mets depuis que j'ai 17 ans.

EXXXOTIC TATTOOS
233 Rue Pyrénées
75020 Paris
01 46 36 09 25

À lire également :
L'interview beauté de Camille du blog Pshiiit
L'interview d'Adélaïde, créatrice de headband

Propos recueillis par Clémentine Santerre.

À ne pas rater