Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

L'esprit boudoir de Loïc Barbarroux

Des dentelles remises au goût du jour, de vieux kimonos qui reprennent vie, des strass vintage chinés au gré de brocantes, tel est l'univers de Loïc Barbarroux, créateur de Jadis Boudoir. Entre tissus d'antan et coupes modernes, il nous fait voyager au travers des siècles.

 

Depuis quand êtes-vous créateur ?

J'ai envie de dire depuis toujours ! Petit déjà, j'aimais beaucoup l'art. Je réalise d'ailleurs ma première peinture sur soie à 6 ans et demi. Je fais les beaux-arts de Marseille et en sors avec une formation de plasticien. Puis j'en ai marre et je quitte cette sphère pour aller travailler avec une architecte d'intérieur. Je me lance alors à ses côtés dans le ciment teinté, le revêtement de sol. Pour arrondir mes fins de mois, je travaille à Paris chez Paul & Joe. J'ai alors un véritable déclic. Je développe mon goût pour les matières : la soie, le cuir, le velours, et les tissus anciens. Une idée me vient alors : pourquoi ne pas travailler le moderne et l'ancien ? Jadis Boudoir voit alors le jour le 23 mars 2008.

 

Pourquoi les vêtements, la lingerie et pas les accessoires par exemple ?

Tout simplement parce que je n'ai aucune inspiration pour les accessoires. Je trouve aussi qu'il faut maîtriser une certaine technique, un savoir-faire, que je ne connais pas. Je me suis formé sur le tas, j'ai tout appris tout seul. Et puis, j'avais très envie de travailler la dentelle, j'ai un amour sans borne pour les vieux strass, la broderie ancienne. J'ai demandé autour de moi qui avait un bout de dentelle dans son placard et c'est ma grand-mère qui a sorti une vieille mantille. Et j'ai créé ma première pièce.

 

Qui vous inspire ?

Christian Lacroix, surtout ces dernières années. Il travaille l'organdi, le taffetas, les strass. Je suis énormément ses collections. C'est mon maître !
J'aime beaucoup aussi Princesse Tam-Tam, leurs volants et leurs dentelles. Mais moi, j'aime les vieilles dentelles, pas les synthétiques. J'ai d'ailleurs l'impression que les vieux matériaux me parlent. J'aime leur donner une nouvelle vie, les remettre au goût du jour, c'est ça qui m'inspire. Si l'on me demandait de créer à grande échelle, je ne pourrais pas. Je serais obligé de travailler avec des tissus synthétiques, produits à la chaine et ça ne m'intéresse pas du tout. Je n'aurais alors aucune inspiration.

 

Comment travaillez-vous ?

Je décide de partir d'une pièce que j'ai chinée dans une brocante. Un mot me vient tout de suite et m'influence énormément. C'est comme un flash. En général, je trouve le terme adéquat et je me fixe dessus. Puis, j'ai des idées qui me viennent rapidement : motifs, formes... Je sors alors tous mes tissus et je regarde ceux qui s'accordent le mieux avec la pièce maîtresse. Je mets le tout sur mon mannequin et travaille. Je crée sur le vif et je ne me couche pas tant que je n'ai pas obtenu ce que je voulais. Je ne mets jamais rien sur papier, ça ne me sert absolument pas ! J'ai déjà essayé, j'ai dessiné le modèle que je voulais créer et quand je me suis mis à travailler ma pièce, ça ne ressemblait en rien à ce que j'avais prévu.

 

Comment définiriez-vous votre univers ?

Jadis Boudoir est une bulle poétique, glamour, très féminine. Mes clientes me disent en effet qu'elles se sentent femmes dans mes vêtements. Je dirais également que mon univers est rare grâce aux tissus fait main que je retravaille. A chaque création je dois relever un challenge : redonner vie à la pièce, la capter, la rendre belle. Et comme je n'en ai en général qu'une seule, je n'ai pas droit à l'erreur!

 

Vos vêtements existent alors en une seule taille ?

Non, je m'arrange pour créer des systèmes de fermetures qui permettent plusieurs tailles. Puis quand une cliente désire un modèle, il est toujours possible de l'ajuster sur elle.

 

Votre créateur préféré ?

Christian Lacroix et son univers féminin avec ses dentelles, ses broderies, ses strass...

 

Votre dernier achat coup de coeur ?

Je cours peu les boutiques pour moi aussi bizarre que cela puisse paraître. Je le fais plus pour ma femme. Mais mon dernier achat coup de coeur est un Borsalino dont je rêvais pour l'été.

 

Votre bon plan mode, c'est quoi ?

Paul & Joe pour homme au moment des soldes. Et encore mieux, au moment des ventes privées. Là, je me fais plaisir.

 

La pièce que vous avez dans votre placard et qui n'en sort jamais ?

Une ceinture Kenzo qu'on m'a offerte il y a quelques années. Elle est magnifique avec un logo japonais mais la boucle est un peu trop clinquante.

 

Un rêve ?

Travailler pour Christian Lacroix, être son bras droit. Si je lui montrais mon tiroir, je suis sûr qu'il serait surpris car il n'a pas ce que j'ai. On pourrait créer des collections magnifiques.

 

Pour en savoir plus: jadisboudoir.com
myspace.com/jadisboudoir

Showroom Jadis Boudoir
118 rue d'endoume
13007 Marseille

Laure Marchal

À ne pas rater
À découvrir