Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Kwalk 2013 : Défilés et réflexions sur l'organisation de la mode au Cameroun

Rendez-vous à Yaoundé, capitale du Cameroun, pour l'opération KWalk 2013  à l'initiative de la créatrice Anna Ngann Yonn. Le défilé de son label, KreyAnn' accompagnait un colloque susceptible de poser les bases d'une organisation de la mode au Cameroun.

Afin de mieux réfléchir sur le thème de 'la mode comme vecteur du développement', Anna Ngann Yonn s'est adjoint la complicité d'un ambassadeur du luxe français en la personne du couturier Stéphane Rolland. Pour l'un des pays les plus attachants de l'Afrique de l'Ouest qui vise une croissance à deux chiffres pour 2020, mais dont les infrastructures sont encore en dessous de ses ambitions, l' événement sera l'occasion de suggérer la création d'une Fédération des créateurs et de stylistes ainsi que celle d'une école de mode. Chacun imaginant la mise en place d'un échange de savoir-faire, avec des managers, des professeurs et des premières d'atelier invités à transmettre le degré d'exigence requis pour un prêt-à-porter apte à l'exportation.

Chantal Biya, épouse du chef de l'état Paul Biya, qui par l'extravagance de son apparence de Première dame, montre toute l'attention qu'elle apporte à la mode a soutenu ce projet et reçu la délégation accompagnant Anna Ngann Yonn au Palais présidentiel.

Le plus grand producteur de fashion shows en Afrique, le namibien Jan Malan assurait la direction artistique du show. En préambule au défilé Krey Ann', une présentation des chaussures- bijoux de la marque italienne René Caovilla fut suivie par le défilé de la collection hiver 2014 de " Naked Ape ", label de mode masculine basé à Johannesburg, et signé par Shaldon Kopman. Une collection très juste distillant un streetwear luxueux et bien balancé où se cachait incognito de la fibre de bambou alors qu'éclatait toute la sensualité de pulls en mohair bicolores portés sur des pantalons de motards.

Basé à Douala la ville économique du Cameroun, le label Kreyann' existe depuis treize ans. Il propose une mode audacieuse et glamour aux élégantes de l'Afrique de l'Ouest et lorsqu'on connait le goût pour la coquetterie et la séduction des femmes africaines, on ne doute plus que la marque ait trouvé son public.

Entretien avec Anna Ngann Yonn

Qu'est-ce qui vous a inspiré cette collection ?

Les images de films d'une certaine époque de l'histoire des noirs, du temps de l'esclavage : les champs de canne à sucre avec des feuilles brulées m'ont conduit a choisir des couleur terre et feu. Les matières à effets relief au fil d'or m'ont été inspirées par les tenues tachetées des esclaves et les ambiances de feu de bois dans la nuit. J'ai assemblé un kaléidoscope d'image.

Des tissus très travaillés ?

Habituellement, je travaille toujours des tissus secs et bruts, là, j'ai voulu ce travail de matières pour rappeler le sol et les cultures. Et puis j'aime le doré, je trouve cela chaleureux et pour moi c'est la petite note qui peut qui peu éclairer, égayer, balayer la tristesse.

D'ou viennent ces tissus ?

Je fais beaucoup de sourcing dans plusieurs régions du monde, voyager me passionne. Les tissu reliefés dorés viennent de Dubaï les autres de Paris.

D'où est venu le déclic pour cette initiative concernant de la mode au Cameroun ?

Quand j'ai été faire mes études à Esmod à Paris il a toujours été clair pour moi qu'ensuite, je rentrerai au Cameroun.

Mais ce secteur ici, n'étant pas très organisé, j'ai pris un peu de temps pour me structurer. Ensuite, il a fallu faire des défilés car cela fait également partie de la vie d'une marque. J'ai eu déjà l'occasion de défiler en Afrique du Sud entourée de certaines personnes comme Jan Malan j'ai également défilé à Paris.

A travers l'expérience des défilés, que j'ai fait d'abord pour mon label, j'ai voulu montrer à mon pays qu'il y a quelque chose a faire, que la mode pouvait également être un vecteur de développement, peut être pas autant que les ressources minière...L'industrie du luxe n'est elle pas florissante ?

Vous avez fait un événement de ce type en 2011 à Douala, en referez-vous un dans deux ans ?

Je ne sais pas encore si cela va restera un évènement pérenne

Le climat tropical d'ici ne vous soumet pas aux rythmes des saisons ?

J'ai une boutique à Douala et je fais plusieurs collections par an. Une collection pour la périodes que nous abordons : celle les fêtes de fin d'année, mais il y aussi la Saint Valentin, Un autre collection importante : celle qui précède les départs en vacance.

La collection comportait combien de modèles ?

Trente. Mais ce ne sont pas toujours les trente modèles qui vont générer des commandes , le plus souvent : une quinzaine d'entre eux,

Quelle est l'importance de votre entreprise à Douala ?

C'est un petit atelier qui emploie de manière permanente 5 personnes avec lesquelles je travaille depuis onze ans. Aujourd'hui elles sont très au point au niveau qualité. L'atelier fabrique aussi les répétitions Les patronages de chaque collection sont répertoriés, les tissus ainsi que tous les éléments qui entrent dans la collection sont suivis les finitions se font à la main.

En 13 ans d'existence est ce que votre société est rentable ?

Disons que je fais un effort pour vivre de mon travail. J'ai un coté artistique mais je reste très pragmatique et c'est sans doute pour cela que mes modèles ont un côté très sage. Je ne veux pas de vêtements destinés aux musées, je veux les voir portés. Je pense aussi aux coûts et aux prix que je dois pratiquer. Je crée pour vendre.

Quelle est votre clientèle cible ?

Au Cameroun, c'est le haut de gamme.

Vous êtes vendue dans d'autres pays ?

Il m'arrive de faire des pop-up showroom de manière ponctuelle, mais, plus régulièrement, c'est à partir de ma boutique à Douala que j'envoie des choses ici ou là,

Vous avez une clientèle fidèle pour le sur-mesure ?

En fait j'ai deux activités car je produis moi même pour l'approvisionnement de la boutique et son réassort, mais j'ai aussi une activité sur mesure pour des clientes particulières.

Propos recueillis par Paquita Paquin

À ne pas rater