Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Klaxons : les Anglais sont de retour avec Love Frequency (interview)

Attention, le Klaxons nouveau est arrivé. À l’occasion de la sortie du nouvel opus "Love Frequency" que les fans auront attendu 4 ans, Puretrend a rencontré Jamie Reynolds, James Righton et Simon Taylor-Davis à Paris. Le moment parfait pour parler évolution, inspiration et… reggae français.

"Iredesent, électronique, pop " voilà comment les Klaxons définissent eux-mêmes leur dernier né, "Love Frequency". Un titre qui laisse imaginer finalement tout sauf les sons pétillants et pop qu'il contient. Une surprise donc pour les fans ce qui ne pourrait faire plus plaisir à Jamie Reynolds, James Righton et Simon Taylor-Davis.

L'album des "Forces invisibles" ?

Il aura fallu quatre ans aux Londoniens pour finalement offrir à leurs fans un nouvel opus, eux qui devaient se contenter de réécouter en boucle "Magick" morceau sorti pourtant en 2006 et qui reste encore et toujours l'un des moments forts de leurs shows. Petits prodiges maintes fois primés, notamment aux NME Music Awards, "trois gamins essayant de faire de la musique étrange avec des guitares" ont bien grandi.

Aujourd'hui, ils livrent un disque qu'ils auront certes mis un bout du temps à finaliser mais pour lequel ils s'offrent des forces invisibles de talent comme James Murphy (LCD Soundsystem), Gorgon City, Tom Rowlands (The Chemical Brothers) "Le maître" comme ils l'appellent et Erol Alkan, "le producteur le plus prévenant avec lequel on ait travaillé." Autant de grands de la musique sur lesquels ils ne tarissent pas d'éloges. "Ils ont tous des qualités différentes, tous les gens avec lesquels on a collaboré sur cet album sont vraiment très différents et c'est une bonne inspiration."

Si la sortie officielle de l'album n'a pas encore eu lieu, le groupe a déjà repris le chemin de la scène (et de la Croisette) avec certains titres comme leur premier single "There is no other time" choisi par le groupe pour son côté "poppy et accessible". "Les gens aiment aussi beaucoup Invisible Force, Show Me miracle également. On dirait que tout marche bien et c'est vraiment agréable de voir un nouvel album fonctionner en live. "

Le début d'une nouvelle ère

On les avait quitté en 2010 avec "Surfing the void", déjà un tournant par rapport au style new rave fluo kids de "Myths of the Near Future" dont on peut retrouver des sons dans la B.O de la série choc de l'époque Skins, pour vous donner une idée. De "Surfing the void" et Ross Robinson (Slipknot, Korn) ils passent à James Murphy et the Chemical Brothers et ça se sent. Très pop, festif, mine d'hymnes de dance floor (dans le bon sens du terme) "Love frequency" est une nouvelle étape dans le "son" Klaxons, et surtout la preuve que ces trois anglais sont bien impossibles à ranger dans une case, et ils le revendiquent.

En les écoutant, on se rend compte que ce qui a forgé leur style musical (styles musicaux ?), c'est avant tout l'expérimentation. "C'est facile d'être dans un groupe et de ne pas s'ouvrir à ces choses là, mais enfait c'est une collaboration fun. On a quoi à perdre, un jour ça peut marcher, ça peut ne pas marcher mais bon c'est une bonne expérience " se souvient James en parlant d'une séance d'enregistrement. Selon la légende leur label leur aurait demandé de retravailler une partie de "Surfing The Void" car trop expérimentale. " Les morceaux étaient en réalité pas mal, c'était en tous cas une bonne expérience parce qu'au final on s'est dit qu'on avait fait de nouvelles rencontres, on a expérimenté et c'est ça le plus excitant."

De la pop au reggae ?

Plus scintillants que jamais dans leurs costumes argent et or n'ayant rien à envier à David Bowie, les Klaxons sont bel et bien de retour et dès cet été ils prendont d'assaut deux des plus grands festivals UK Leeds et Reading. Non contents de sortir leur nouvel album, ils semblent déjà prêts à nous surprendre avec un nouveau changement musical. Le futur de Klaxons ? "Du triste et beau reggae français". Plaisantent-ils ? Pas si sûr après tout, ils le disent eux-même "Nous n'avons pas fait la même chose 2 fois"...

Marie Bresson-Mignot

À ne pas rater