Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Kim Kardashian révèle son plus gros défaut physique

Malgré tous ses efforts pour atteindre la perfection, Kim Kardashian a quelques défauts. Mais celui qu'elle considère comme le pire de tous n'est pas celui qu'on aurait imaginé. Ce qui la complexe le plus ? Son psoriasis.

Comme tout le monde, Kim Kardashian a des complexes. Et même si elle travaille dur pour entretenir sa silhouette - surtout depuis qu'elle s'est mis en tête de perdre non seulement ses kilos de grossesse, mais un petit extra pour retrouver sa ligne de 2012 - la bimbo se focalise sur certains détails. Le pire à ses yeux ? Le psoriasis, qu'elle considère comme "son plus gros défaut" et qu'elle tient de sa mère Kris Jenner, comme elle l'a écrit sur son application lancée il y a tout juste un an.

"Je n'essaie même plus de le cacher"

"Je n'essaie même plus vraiment de le cacher, confie ainsi Kim Kardashian. Parfois j'ai juste l'impression que c'est mon plus gros défaut et que tout le monde le sait, alors pourquoi le cacher ?" Régulièrement, des plaques rouges apparaissent sur ses jambes, "en particulier la droite", sans qu'elle puisse rien y faire puisqu'il n'existe pas de traitement à ce jour. La mère de Saint et de North s'en remet toutefois à un régime spécifique et des piqûres de cortisone pour tenter d'y remédier.

"Tout les gens qui ont du psoriasis n'ont pas les mêmes symptômes. Parfois ça démange, parfois c'est juste squameux. Mes plaques s'enflamment de temps en temps pour différentes raisons", poursuit Kim Kardashian dans son post. Pour une fois, la star de la téléréalité connue pour vivre comme des drames de petites contrariétés parvient presque à inspirer de l'empathie.

Et de conclure avec sagesse : "J'espère toujours qu'un traitement verra le jour, bien sûr, mais en même temps j'apprends à simplement l'accepter comme une partie de moi-même".

À ne pas rater