Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Kim Kardashian ou quand le corps se fait outil marketing

.

Pour promouvoir la dernière collection de sa marque make-up, KKWBEAUTY, Kim Kardashian a décidé de poser totalement nue. Une démarche qui n'a rien de nouveau pour la plus célèbre des soeurs du Klan. Et si personne n'est en droit de juger ce choix, cela nous questionne tout de même sur le rôle du corps du côté de la famille Kardashian. 

Pour certain.e.s, le simple fait de voir le nom Kim Kardashian donnerait presque des boutons, tandis que d'autres n'en peuvent tout simplement plus de la voir nue. Il faut dire que ce détail est récurrent pour la soeur de Kourtney et Khloé, dont les courbes font presque autant son nom que son empire. Une tendance à la nudité qui semble osciller entre stratégie marketing bien huilée et démarche d'empowerment.

L'art de faire le buzz

Pur produit de la téléréalité américaine, Kim - qui copine déjà à l'époque avec l'héritière de l'empire Hilton, elle aussi star de la téléréalité - voit sa célébrité exploser alors que sa propre mère et manager, Kris Jenner, vend une sextape d'elle et du chanteur Ray J Broke à la presse. Glauque. On comprend cependant que le corps, pour le clan Kardashian, a déjà une place toute particulière.

Car si la nudité devient vendeuse, se faisant la signature de Kim Kardashian, ce n'est pas un hasard. Pour rappel, en 2014, la bimbo "cassait Internet" avec sa couverture du magazine Paper où elle pose en full frontal. Si la scénographie rappelle la naissance de Vénus, on assiste alors plutôt à la naissance de la reine du buzz.

De là, la star de la téléréalité devient alors incontournable et ne cessera de gravir les échelons jusqu'à se retrouver en couverture du prestigieux Vogue US aux côtés de Kanye West, adoubée par un monde de la mode qui la boudait jusque-là.

Un traitement du corps qui va jusqu'à la silhouette de Kim, qui affiche des fesses résolument peu naturelles. Une folie pour la chirurgie esthétique qui inspire ses soeurs et notamment Khloé, qui prend exemple sur son aînée. De même pour sa demi-soeur Kylie, de 16 ans sa cadette, qui devient la copie conforme de Kim, physiquement, mais également dans sa manière d'utiliser son image pour promouvoir sa marque Kylie Cosmetics.

L'aînée, elle, pique à sa plus jeune soeur l'idée d'un business dans le make-up avec sa propre marque KKWBEAUTY.

Ce corps "hors norme et cartoonesque", la star l'affiche sans tabou sur Instagram, revendiquant une sensualité qui est devenue un véritable argument de vente, si on en croit la dernière "campagne" pour sa marque de make-up. C'est la même recette marketing qui est utilisée lors du lancement de son dernier parfum.

Kim Kardashian, féministe sans le vouloir ?

Cette question, sans surprise, divise. D'un côté, le fait que Kim affiche librement son corps, revendiquant sa sexualité, peut clairement passer pour une démarche d'empowerment des femmes. Si elle refuse farouchement d'être considérée comme féministe, elle revendique pourtant un discours body positive en montrant son corps - souvent comparé à celui des déesses callipyges - qui change des standards de beauté.

A cela pourtant on peut opposer l'idée que, justement, son fessier hors-norme n'a rien de celui des autres femmes. Comprendre : sans cellulite ou vergetures. Enfin, sur les photos. Car lorsqu'elle est paparazzée, Kim affiche un corps tout autre qu'elle ne semble pas assumer dans la vie de tous les jours, préférant Photoshop au naturel.

Alors oui, on aime l'idée de femme libre et libérée, mais l'ultra-contrôle de son image démonte quelque peu la théorie féministe. D'ailleurs, cette hyper-sexualisation des femmes n'est-elle pas la recette marketing favorite des publicitaires depuis des lustres ? Une tendance qui ne fait malheureusement pas avancer la lutte des femmes pour se réapproprier leur corps.

Héloïse Famié-Galtier

À ne pas rater