Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Karl Lagerfled : fan du mariage de Keira Knightley

Lorsque Karl Lagerfeld a quelque chose à dire, il n'y va pas par quatre chemins : quand il n'aime pas quelque chose, il ne se gène pas pour le dire comme comme l'avait montré l'épisode de la frange de Michelle Obama, et quand il aime quelque chose, il le dit aussi. Son dernier "centre d'attention" ? Keira Knightley. Et plus précisément, son mariage secret avec le chanteur du groupe The Klaxons, James Righton.

Mariés dans l'intimité et dans le plus grand secret, les deux jeunes tourtereaux se sont dit "oui" dans le sud de la France. Un mariage sur lequel le Kaiser a tenu à donner son avis : "Elle a eu le mariage le moins prétentieux qu'il soit". Il ajoute même "l'atmosphère était détendue. Je pense que c'était parfait" avant de conclure par "Oui, j'ai aimé la légèreté de ce mariage".
En revanche, pas de commentaire sur le "recyclage" de la robe de mariée. Car lors de la cérémonie, l'égérie de la fragrance Coco Mademoiselle de Chanel portait une ravissante petite robe signée Rodarte, la même qu'elle portait quatre années plus tôt à la soirée des pré-BAFTA en 2008, alors qu'elle était avec son ancien compagnon Rupert Friend.

Si le Kaiser n'a pas dit mot, c'est que l'actrice est dans les petits papiers du couturier. En plus d'être l'égérie de Coco Mademoiselle, Keira Knightley a récemment interprété la rôle de Gabrielle Chanel dans le court-métrage signé du Kaiser "Once Upon a Time... " et qui a été visionné pour la première fois à Singapour. D'ailleurs, sur le site du Telegraph, le propriétaire de Choupette revient sur l'interprétation d'Audrey Tautou dans le film "Coco avant Chanel", et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'est pas vraiment tendre : "Oh, le film était mauvais. Elle [Tautou] jouait comme au temps de la libération des femmes, comme Simone de Beauvoir 30 ans avant Le Deuxième Sexe". Du grand Karl.

J.D
À ne pas rater