Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Karine Le Marchand, sa charge contre Claire Chazal : "Personne ne va pleurer"

Après 24 ans de bons et loyaux services au 20h de TF1, Claire Chazal a été remerciée hier par la chaîne. Une décision qui a fait trembler le monde du journalisme mais qui n'émeut pas franchement Karine Le Marchand. Au contraire...

Karine Le Marchand n'est pas tendre avec ses homologues. Hier, quelques heures seulement après l'annonce de l'éviction de Claire Chazal du 20h de TF1, la présentatrice de "L'Amour est dans le pré" n'a pas mâché ses mots en évoquant le sort de sa collègue. "Quand elle est arrivée à l'antenne, elle a pris la place de quelqu'un d'autre aussi. On ne fait pas d'angélisme dans nos métiers. On est tous sur des sièges éjectables. Elle s'est aussi contentée pendant des années de ne travailler que le week-end, elle a bien raison ! Elle a de la chance d'avoir un job pendant 24 ans et ne travailler que vendredi, samedi, dimanche. Moi, j'aurais bien voulu faire ça dans ma vie de famille", a-t-elle déclaré sur le plateau de "Touche pas à mon poste".

Mais la liste des reproches n'est pas finie : Karine Le Marchand estime aussi que Claire Chazal n'est pas assez sortie de sa zone de confort. "Elle aurait pu inves­tir aussi d'autres maga­zines un peu plus dange­reux par ailleurs, faire des choses un peu moins lisses".

"Elle va partir avec des centaines de milliers d'euros"

En un mot, elle refuse de plaindre Claire Chazal, qui a reçu hier de nombreux messages de soutien du monde du journalisme : "C'est dur parce que c'est une humi­lia­tion publique. Ce qui est dur, c'est que tout le monde le sait. Mais elle a 57 ans elle va partir avec des centaines de milliers d'euros et on peut penser à d'autres gens qui ont 57 ans qui n'ont plus de boulot parce qu'on va délo­ca­li­ser dans un autre pays, ça va, et ça, personne ne va pleu­rer". Espérons qu'elles n'aient jamais à collaborer...

À ne pas rater