Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Karin Viard, boulimique à 17 ans : "Je mangeais du beurre à la petite cuillère"

3 photos
Lancer le diaporama

Invitée sur "Le Divan" de Marc-Olivier Fogiel sur France 3, Karin Viard s'est confiée sans détours. L'actrice est revenue sur une période difficile de son adolescence où elle a connu des troubles alimentaires, puisqu'elle était atteinte de boulimie. 

Karin Viard crée l'émotion sur France 3. Comme de nombreuses stars avant elle, l'actrice et féministe engagée s'est ouverte sur ses vieux démons pour l'émission "Le Divan" de Marc-Olivier Fogiel. Les questions orientées du présentateur, qui s'improvise psy, ont amené la comédienne à évoquer les troubles boulimiques qui ont marqué son adolescence et qui continuent à la poursuivre encore aujourd'hui. Témoignage.

"J'avais un rapport à la nour­ri­ture qui était complè­te­ment tordu"

Si à 50 ans, Karin Viard affiche une image de femme épanouie et accomplie, à 17 ans la comédienne était victime de troubles alimentaires. "Je ne me faisais pas vomir parce que j'y arri­ve­rais pas, mais juste­ment j'ai commencé une psycha­na­lyse ou une psycho­thé­ra­pie à cause de ça parce que je mangeais beau­coup. J'étais bouli­mique, a-t-elle expliqué. J'avais un rapport à la nour­ri­ture qui était complè­te­ment tordu", raconte-t-elle sans détours. Une tendance boulimique qui, elle explique, lui permettait "d'empê­cher ses émotions de s'expri­mer".

Franche jusqu'au bout, lorsque Marc-Olivier Fogiel lui demande s'il lui arrivait de boire l'huile à même la bouteille, celle qui maitrise l'art de l'élégance à la Parisienne de répondre : "Comme j'étais bouli­mique, je n'ache­tais plus rien, mais j'avais quand même du beurre et de l'huile donc effec­ti­ve­ment, je mangeais du beurre à la petite cuillère, j'ava­lais des bouteilles d'huile pour me remplir. Je ne compre­nais pas ce qu'il se passait. Ça allait très mal".

Expliquant que les thérapies comportementales n'y ont rien fait, un jour pourtant Karin Viard fait la rencontre d'une psychothérapeute qui la sortira de ses troubles alimentaires. Ce qui n'empêche pas l'actrice d'être parfois hantée par ses vieux démons alors qu'elle conclut : "Je reste un peu fragile quand même. Si j'ai deux kilos de trop, je peux avoir envie de me tuer. Il y a un truc qui est quand même assez fragile".

À ne pas rater