Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Jurassic World : des dents, de l'action et des frissons

Le tout premier "Jurassic Park", c'était il y a 22 ans. Demain, un nouveau volet sort sur les écrans : "Jurassic World", reboot de la franchise, avec Chris Pratt, Bryce Dallas Howard et Omar Sy. Un hommage explosif à la saga de Spielberg, avec ce qu'il faut d'action et de frissons.

À l'heure où le cinéma s'aventure toujours plus loin dans l'espace - "Gravity", "Interstellar" - , "Jurassic World" (qui permet à Omar Sy de continuer son expérience américaine) explore un filon inextinguible : ce qui était là avant l'homme, à savoir, dans le cas de la saga à succès, les dinosaures. 22 ans après le "Jurassic Park" de Steven Spielberg, Colin Trevorrow réveille les monstrueuses bêtes dans un nouveau volet. Pas une suite, mais un reboot, comme on en voit beaucoup en ce moment.

Deux décennies après la réapparition des dinosaures sur Terre, le parc rêvé du docteur John Hammond est sorti de terre, sur l'île où il avait fait ses expérimentations. À sa tête, Claire, sublime créature au sang aussi froid que les velociraptors et autres diplodocus qui peuplent l'endroit. La visite de ses neveux perturbe son emploi du temps, elle qui n'a d'yeux que pour la nouvelle espèce créée de toutes pièces en laboratoire : l'Indominus rex, dinosaure redoutable et future attraction star du parc qui, trop longtemps enfermé et assoiffé de sang, sème la terreur sur l'île.

"Jurassic World"

Pas de surprise ici, mais des effets saisissants. Là où Spielberg a rendu les dinosaures vivants, Colin Trevorrow les rend plus que réalistes. Le film est émaillé de références et d'hommages aux premiers volets - un peu trop ? -, mais le résultat est là : on frissonne, on s'extasie, on arrête de respirer, on a le coeur qui bat... et les cils qui papillonnent quand on voit Chris Pratt (transformé depuis "Les Gardiens de la Galaxie"). Parce que le sexy dresseur de raptors nous ferait presque aimer ces vilaines bêtes aux dents acérées. Un seul os nous reste en travers de la gorge : les trop nombreuses scènes violentes. Ce qui était initialement une franchise destinée aux familles s'avère bien trop sanglant pour les enfants.

À ne pas rater