Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Julien David

Défilé Julien DavidParis Printemps-Eté 2013
Défilé Julien David Paris Printemps-Eté 2013

Les effrontées de Julien David

Dès les premiers passages, on comprend mieux ce que cachait l'invitation photocopiée sur une feuille de cours : Julien David fait défilé ce soir dans la bibliothèque des Génovéfains du lycée Henry IV sa promotion 2013. Ses élèves ? Des adolescentes biberonnées au "Virgin Suicides" de Sofia Coppola et au comic "Ghost World" de Daniel Glowes.

Longue frange grunge sur les yeux, attitude effrontée et démarche de gansta de cour d'école chez certains mannequins (sentiment renforcé quand résonne l'afro beat de Major Lazer), le vainqueur de l'Andam 2012 multiplie les clins d'oeil à son nouveau statut de meilleur élève du paysage mode français, pas encore habitué à la formule.

Et seulement quelques mois après la consécration, on sent déjà les effets du prix de l'Andam. Une collection qui s'est étoffée, 34 passages contre 27 la saison dernière, et des propositions plus commerciales sans jamais rendre obsolète le travail du créateur autour d'un vestiaire ancré dans le présent et inspiré du quotidien.

Une collection dont on imagine la genèse dans les rues d'un Tokyo remplies de lycéennes à la sortie des cours : jupes plissées, blazers, chemises, pantalons ajustés et liquettes, l'uniforme est au complet, net mais se prête volontiers au jeu du bizutage, aidé d'imprimés régressifs, gribouillages sur un coin de cahier.

Car trop content de brouiller les pistes pour éviter de dresser le portrait trop stéréotypé de ses adolescentes rebelles, ses "enfants gâtés", Julien David se révèle magistral dans sa relecture du vestiaire de l'écolière modèle qu'il bouscule de la meilleure façon.

Les patchwork de tissus rappellent cette époque du Do It Yourelf roi, des expérimentations textiles. Impeccablement réalisés ici. Après les cours, place à des parkas loose, des pantalons casual à la taille haute, aux ensembles polos, shorts en coton souple. L'esprit sporstwear qui parcourt toutes les collection du créateur est toujours là et s'affiche en grandes lettres sur le maillot de l'équipe de basket qui ouvre le défilé.

Des effrontées certes qui s'amusent des leçons de style de leurs ainés en piochant dans leurs vestiaires leurs robes fleuries un peu désuètes et ourlées de dentelles, qu'elles transforment avec une simplicité déconcertante à l'aide d'un cerceau et de mocassins.

Une collection ravissante en tout point et juste dans son propos sans en faire trop. Julien David prouve que la mode française à bien fait de parier sur lui.

Caroline Lazard

À ne pas rater